Confiant, Dambury, Brival : le New-York des écrivains antillais

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/03/2016 à 16H22, publié le 10/03/2016 à 12H11
Raphaël Confiant, Gerty Dambury, Roland Brival 

Raphaël Confiant, Gerty Dambury, Roland Brival 

© France Ô/ culturebox

Une relation ancienne lie les écrivains antillais et New-York. Trois parutions récentes confirment cet attachement : "Madame Saint-Clair , reine de Harlem" chez Mercure de France, de Raphaël Confiant, "Le rêve de William Alexander Brown" de Gerty Dambury, aux éditions du Manguier et "Nègre de personne" chez Gallimard, de Roland Brival.

Parmi les aînés, Edouard Glissant et Maryse Condé ont enseigné dans la plus grande ville des Etats-Unis.

Dans les parutions récentes, trois auteurs de Martinique et Guadeloupe campent leur sujet dans le quartier noir de Harlem, à New-York, et singulièrement sous la forme du portrait.

Raphaël Confiant peint une reine du crime d’origine martiniquaise, Gerty Dambury - lauréate du prix carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde 2016 - s’intéresse à un homme de théâtre noir au début du XIXe siècle et Roland Brival invente une jeunesse américaine à Léon Gontran Damas, poète guyanais, co-fondateur de la Négritude.

Reportage : Christian Tortel, Nordine Bensmaïl, Olivier Duflo, Raël Moine. Interview R. Confiant : Gérard César et Paul Labeca. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_648691@Culture

 "Madame Saint-Clair , reine de Harlem" chez Mercure de France de Raphaël Confiant 19€50

"Le rêve de William Alexander Brown" de Gerty Dambury aux éditions du Manguier . 16€

"Nègre de personne" chez Gallimard de Roland Brival. 19€50