Rencontre : l'écrivain Didier Daeninckx dévoile "son" Aubervilliers

Mis à jour le 13/11/2018 à 17H19, publié le 13/11/2018 à 17H09
Didier Daeninckx et Aubervilliers, une longue histoire d'amour.

Didier Daeninckx et Aubervilliers, une longue histoire d'amour.

© ANDERSEN ULF/SIPA

Quels sont les lieux qui inspirent les écrivains ? Pour le savoir, France 3 Paris-Ile-de-France est allé à la rencontre d'auteurs parisiens ou franciliens qui trouvent dans leur lieu de vie de quoi nourrir leurs histoires. Didier Daeninckx inaugure cette série "Ecrivains d’ici". L'auteur vit à Aubervilliers, une ville qui est au coeur de son dernier roman, "Artana ! Artana !".

Didier Daeninckx n’est pas né à Aubervilliers mais à Saint-Denis, une autre ville du neuf-trois, où il a vu le jour en avril 1949. Mais c’est là qu’il a posé ses valises et qu’il est devenu un prolifique auteur de romans plutôt noirs. Son statut d'auteur à succès ne l'a pas coupé de cette ville marquée par un passé ouvrier très fort qui fait écho aux origines modestes de l'écrivain. Aubervilliers l’a vu grandir et passer du métier d’imprimeur jusqu'au milieu des années 1970 à celui d'animateur culturel puis de journaliste local. 

Reportage : France 3 Paris Île-de-France - G. Faure / N. Loncarevic / S. Fouquet / L. Comiot
Didier Daeninckx a 28 ans quand il écrit "Meurtre au premier tour". Refusé par tous éditeurs, le roman sera publié cinq ans plus tard par Hachette. En 1984, son roman "Meurtres pour mémoire" (cllection Série noire chez Gallimard) lui apporte le succès. L’écriture va dès lors prendre toute la place dans la vie de Didier Daeninckx qui trouve peu à peu son chemin dans l’univers du roman noir, avec des intrigues policières toujours en prise avec des préoccupations sociales ou politiques. "J'écris sur ce qui me pose problème, sur les choses que je ne parviens pas à comprendre. Le moteur de mes fictions est la colère, l'injustice toujours endémique, toujours recommencée" confiait-il en 2009 au journal Le Monde.

"Un regard tendre" sur la ville

Habitant d’Aubervilliers, Didier Daeninckx connaît la ville et ses recoins par cœur. Il nous emmène à la rencontre de Bruno Brette, luthier et fabricant de contrebasses (démontables !), installé dans un ancien atelier ouvrier au fond d’une cour, "un lieu délaissé, dissimulé" qui fait le bonheur de l’écrivain qu’il est. "Didier fait partie des personnages de la cité, il connaît bien sa ville et il a un regard tendre sur elle", confie l’artisan.

Tendre oui mais pas seulement. Aubervilliers a beaucoup inspiré son dernier roman "Artana ! Artana !" paru en juin dernier chez Gallimard. L’intrigue de ce polar se déroule à Courvilliers, sorte de patchwork de villes du 93 (Saint-Denis, Bagnolet, Aubervilliers...).  Sous couvert de fiction, l’auteur y décrit une banlieue oubliée et un milieu politique rongé par le clientélisme où les élus locaux sont prêts à pactiser avec des caïds de la drogue pour conserver leur mandat.
Couverture « Artana ! Artana !" Didier Daeninckx © Gallimard
Pas très tendre tout ça, d’autant que Didier Daeninckx s’appuie sur des faits réels comme la découverte en novembre 2016 de de 500 kg de drogue au centre technique municipal de Saint-Denis. Le titre du roman est lui aussi tiré d’une réalité de terrain : "Artana ! Artana !" est en effet le cri d’alerte lancé par les guetteurs des trafics de drogue quand la police débarque.

"Artana ! Artana !"
de Didier Daeninckx 
Collection Blanche -Editons Gallimard
208 pages
18 €