Valérie Manteau, prix Renaudot 2018 pour son roman "Le sillon"

Mis à jour le 08/11/2018 à 10H57, publié le 07/11/2018 à 13H28
Valérie Manteau, prix Renaudot 2018 pour son roman "Le sillon" (Le Tripode).

Valérie Manteau, prix Renaudot 2018 pour son roman "Le sillon" (Le Tripode).

© Librairie Mollat / Youtube / Wikimedia

Le prix Renaudot a été attribué mercredi 7 novembre à Valérie Manteau pour "Le Sillon" (Le Tripode). Il s'agit d'une surprise car la romancière ne figurait pas dans la liste des finalistes du prix. Le prix Renaudot essai a été remis à Olivia de Lamberterie pour "Avec Toutes mes sympathies" et le prix spécial Renaudot à Philippe Lançon pour "Le Lambeau".

Le jury du Renaudot, qui ne cachait pas son désir de couronner "Le lambeau" (Gallimard) de Philippe Lançon et était assez mécontent que le jury du Femina lui ait décerné son prix dès lundi, a changé son fusil d'épaule de façon cavalière. A la surprise générale, Louis Gardel qui préside cette année le jury, a annoncé que le prix revenait à Valérie Manteau pour "Le sillon".

Ce deuxième roman de Valérie Manteau, le seul livre publié à la rentrée par Le Tripode, mérite assurément un grand prix (il figure aussi dans la sélection du prix Wepler) mais ne comptait pas parmi les romans finalistes du Renaudot. Les cinq écrivains toujours en lice (David Diop, Gilles Martin-Chauffier, Philippe Lançon, Diane Mazloum et Pierre Notte) n'auront fait malgré eux que de la figuration.

Le portrait d'un Istanbul en plein bouleversement

Récit d’une femme partie rejoindre son amant à Istanbul, "Le Sillon" (Le Tripode) est le second roman de Valérie Manteau après "Calme et tranquille"(Le Tripode, 2016). Un roman magnifique qui fait le portrait d'un Istanbul en plein bouleversement entre l'assassinat en 2007 du journaliste d'origine arménienne Hrant Dink et les espoirs déçus de la révolte de la Place Taksim.
 
Valérie Manteau est née en 1985. Editrice et chroniqueuse, elle a fait partie de l'équipe de "Charlie Hebdo" de 2008 à 2013. Elle vit désormais entre Paris, Marseille et Istanbul.

Extrait du roman "Le Sillon": "Je rêve de chats qui tombent des rambardes, d’adolescents aux yeux brillants qui surgissent au coin de la rue et tirent en pleine tête, de glissements de terrain emportant tout Cihangir dans le Bosphore, de ballerines funambules aux pieds cisaillés, je rêve que je marche sur les tuiles des toits d’Istanbul et qu’elles glissent et se décrochent. Mais toujours ta main me rattrape, juste au moment où je me réveille en plein vertige, les poings fermés, agrippée aux draps ; même si de plus en plus souvent au réveil tu n’es plus là."
 

Le prix Renaudot essai a été remis à Olivia de Lamberterie pour "Avec Toutes mes sympathies", dans lequel la critique littéraire prolonge le souvenir de son frère, disparu en 2015. 
Olivia de Lamberterie prix Renaudot essai

Olivia de Lamberterie prix Renaudot essai

© Manon Botticelli