Un enquêteur de la Crim' décroche le prix du quai des Orfèvres 2014

Par @Culturebox
Publié le 12/11/2013 à 17H40
Hervé Jourdain et Jean Dujardin

Hervé Jourdain et Jean Dujardin

© PDN/SIPA

Un enquêteur en poste à la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne, Hervé Jourdain, a décroché mardi le prix du quai des Orfèvres pour son roman "Le sang de la trahison", a annoncé le préfet de police de Paris, Bernard Boucault, président d'honneur du jury.

Ce capitaine de police, qui a intégré la Crim' depuis plusieurs années, et déjà auteur de plusieurs romans, a reçu son prix sous le chapiteau accueillant l'exposition consacrée au centenaire de la PJ parisienne en face de l'Ecole militaire.

En montant sur l'estrade, Hervé Jourdain a commencé son discours par un trait d'humour en référence au parrain de cette 67e édition, l'acteur Jean Dujardin: "Je pense être aussi ému que lui lorsqu'il a reçu son oscar mais ne comptez pas sur moi pour faire des claquettes".

"C'est le Graal"

"Cela représente un aboutissement pour moi. Etre consacré par mes pairs, c'est le Graal", a déclaré à l'AFP le lauréat, le cinquième issu de la police judiciaire à obtenir ce prix. C'était la troisième fois qu'il soumettait un manuscrit au jury du prix du quai  des  Orfèvres , une distinction très appréciée des amateurs de romans policiers.

Hervé Jourdain a déjà été primé; il avait reçu le prix des lecteurs du grand prix VSD du polar 2009 pour son livre intitulé "Sang d'encre au 36".

Jean Dujardin, parrain de cette 67e édition

"Honoré" d'être le parrain de cette 67e édition, Jean Dujardin avait déjà eu l'occasion de rencontrer plusieurs fois des enquêteurs du 36 quai  des Orfèvres , notamment lors de la préparation de l'un de ses films, "Contre-enquête". "J'ai pu me rendre compte qu'ils sont vraiment au contact de la vie, parfois de ce qu'il y a de plus macabre. Ce n'est pas du cinéma. C'est très courageux comme métier", a-t-il expliqué.

Une sélection de manuscrits anonymes

Le prix du quai  des  Orfèvres  est décerné par un jury (policiers, magistrats, journalistes) présidé par le directeur de la PJ parisienne, Christian Flaesch, chargé de se prononcer sur une sélection de manuscrits anonymes. 

Ignorant l'identité comme la fonction des auteurs, leur choix ne considère que l'intérêt du texte soumis à leur appréciation, dans le respect des procédures et des vraisemblances policières, scientifiques ou judiciaires.

L'ouvrage retenu est publié par les éditions Fayard avec un tirage minimum de 50.000 exemplaires. Certains ont atteint plus de 100.000 exemplaires.