"Mort d'un sénateur" : une enquête politico-criminelle dans la France de Vichy signée Pascal Chabaud

Mis à jour le 02/11/2018 à 19H23, publié le 02/11/2018 à 19H09
Détail de la couverture de "Mort d'un Sénateur"

Détail de la couverture de "Mort d'un Sénateur"

© Editions de Borée

Le professeur d'Histoire auvergnat Pascal Chabaud publie son premier roman aux éditions de Borée. "Mort d'un sénateur" est un polar : l'inspecteur Dumont enquête sur la mort d'un sénateur hostile au régime Vichy en juillet 40, juste après la promulgation de l'Etat français. L'occasion pour l'auteur de rappeler ce que furent la France et ses dirigeants juste après la défaite de juin 40.

C'est en Auvergnat et en professeur d'Histoire que Pascal Chabaud s'est assis à sa table de travail et a entrepris d'écrire ce qui allait devenir "Mort d'un sénateur", le roman policier qu'il vient de publier aux éditions de Borée. L'Auvergnat connaît comme sa poche les villes de Vichy et de Clermont-Ferrand où se déroule son récit. L'Histoire, sa spécialité comme professeur, lui permet de ne pas se perdre dans la chonologie de cette année 1940 où il le situe.

Son héros est inspecteur de police en fonction cette année-là : celle qui vient de voir l'armée française mise en déroute par les troupes du Reich, la République s'écrouler et l'Etat français la remplacer, se lançant dans une politique de collaboration initiée par le maréchal Pétain, nouveau chef de l'Etat.

Reportage : France 3 Auvergne L. Pastural / J. Le Coq / .. Archives / B. Ordas
Le polar historique débute avec le meurtre d'un sénateur de fiction. "L'avant-veille à Vichy", écrit Pascal Chabaud, "députés et sénateurs réunis en assemblée nationale avaient accordé les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. L'absence du sénateur avait été remarquée. C'est là qu'il aurait pu contrer les projets de son adversaire. Et il était retrouvé mort, abattu, en même temps que la république". Franc-maçon, le sénateur n'aurait pas voté les plein pouvoirs au Maréchal.

"Ces trois mois de l'été 40 sont une période exceptionnelle, une période de chaos, où tout est possible" (...) "où personne ne pouvait imaginer ce qui se paserait le lendemain", raconte Pascal Chabaud. Le roman est une plongée dans cette période par un mélange de rigueur histrique et d'enquête policière qui fonctionne très bien. Il permet de comprendre à la fois le fonctionnement du gouvernement de collaboration tout juste installé à Vichy, mais aussi celui de la police et en particulier des "brigades mobiles" (ici à Clermont-Ferrand) qui sont les premières à mettre en place les techniques de police scientifique. 

La couverture de "Mort d'un sénateur"

La couverture de "Mort d'un sénateur"

© Editions de Borée