Les secrets du Prix du quai des Orfèvres, le Goncourt des Polars

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/11/2015 à 17H28, publié le 25/11/2015 à 17H15
Le prix du quai des Orfèvres récompense chaque automne le meilleur roman policier depuis 1946

Le prix du quai des Orfèvres récompense chaque automne le meilleur roman policier depuis 1946

© France 3 / Culturebox

On l'appelle le Goncourt des Polars, chaque année le prix du Quai des Orfèvres est décerné au meilleur roman policier. Cet automne, les membres du jury ont récompensé Lionel Olivier, commandant de police à la retraite, pour son ouvrage "Le crime était signé" chez Fayard. L'occasion de plonger dans les rouages d'une mécanique bien huilée.

Créé en 1946, le prix du quai des Orfèvres récompense chaque année le meilleur roman policier. Le jury composé de policiers, magistrats, journalistes et écrivains délibère autour d'une sélection de manuscrits anonymes. Le seul critère de ces ouvrages : respecter la procédure judiciaire. Pour les écrivains lauréats, la vente des livres s'en ressent immédiatement. 

Rencontre avec trois protagonistes au coeur de l'enquête : l'auteur, l'organisateur et l'écrivain 

Reportage : Laurence Barbry, Olivier Badin et Marie-Pierre Susini 

https://videos.francetv.fr/video/NI_564928@Culture


Cinq règles à connaître sur le prix du quai des Orfèvres : 

  • Respecter la procédure judiciaire. Christian Sainte, Directeur de la Police Judiciaire de la Préfecture de Police et président du jury reconnait cette qualité intrinsèque au nouveau Prix du Quai des Orfèvres. "J'ai trouvé que les difficultés auxquelles les enquêteurs sont confrontés sont bien retranscrites dans ce livre", assure-t-il à propos du roman de Lionel Olivier,"Le crime était signé"  
  • Le Jury (au total 22 personnes) est composé de hauts magistrats, de grands policiers qualifiés, les anciens directeurs du "36 ", des avocats et des journalistes à la notoriété et à l’indépendance reconnues
  • 15 manuscrits anonymes retenus dans la compétition. "Tous les manuscrits envoyés sont lus par le jury l'été qui délibère à l'automne", relate Sophie de Closets, Directrice générale des Editions Fayard
  • L’ouvrage désigné est publié par les éditions Fayard avec un tirage minimum de 50 000 exemplaires. Un tirage qui permet aux auteurs titulaires de voir exploser leurs ventes. Comme l'atteste l'écrivaine Maryse Rivière Lauréate 2015 Prix du Quai des Orfèvres. Cette ancienne hôtesse de l'air constate une différence colossale, "avant c'est quelques milliers d'exemplaires, après, avec le prix, c'est entre 130 et 150 000 exemplaires ", souligne-t-elle 
  • Le montant du Prix est de 777 euros

Prix du quai des Orfèvres 2016 - "Le crime était signé" de Lionel Olivier
Résumé de l'éditeur:
A peine seize ans, cette gamine retrouvée nue, étranglée près du cimetière... Et ces pervers qui s'exhibent entre les tombes... Et ce fumier qui croit séquestrer l'innocence qu'il a perdue...
Morte d'avoir trop ou mal aimé ?
Des halls de banlieue, zones de non-droit, à la propriété somptueuse d'aristocrates au-dessus des lois, la Crim' est malmenée, impuissante à répondre au drame des parents ! Alors que l'ADN reste muet, un témoin "signe" une vérité singulièrement humaine...

"Le Crime était signé" Lionel Olivier. Paru le 18/11/2015 chez Fayard 360 pages - 8.90 € et 6.99 €

"Le Crime était signé" Lionel Olivier. Paru le 18/11/2015 chez Fayard 360 pages - 8.90 € et 6.99 €

© Fayard

Cette année, les membres du 66e trophée ont rendu le verdict le 17 novembre en toute discrétion par respect à l’égard des victimes des attentats.