Les pionniers britanniques du cinéma fantastique s'affichent à Nice

Par @Culturebox
Publié le 01/04/2016 à 16H07
Extrait de l'affiche "Dracula, prince des ténèbres"

Extrait de l'affiche "Dracula, prince des ténèbres"

© Extrait de l'affiche "Dracula, prince des ténèbres"

La Bibliothèque Louis Nucéra à Nice présente "Vampires, Loups Garous, Momies et autres délices", une exposition d'affiches consacrée au cinéma fantastique britannique. C'est aussi un hommage à la "Hammer Films Productions" qui a fortement contribué à son rayonnement dans le monde entier, et à qui l'on doit les mémorables "Dracula" ou "Frankenstein", sur grand écran

Reportage : P. Massa / Y. Fournigault / L. Buyse

https://videos.francetv.fr/video/NI_668713@Culture

Pas loin d'une centaine d'affiches de films fantastiques et d'horreur produits par la célèbre Hammer sont à découvrir dans cette exposition. Des affiches qui datent de l'âge d'or de la société britannique, des années 50 à 70, et dont nombre de films ont marqué les esprits par leur expressionnisme et leurs couleurs éclatantes.

Ressusciter sur grand écran et en couleur des personnages terrifiants du 19e comme Dracula", Frankenstein, La Momie ou Le Loup-garou fut une idée de génie qui précipita l'ascension fulgurante et de la Hammer et du cinéma fantastique.

Le style Hammer

La Hammer a repris ce que Universal avait fait durant les années 30-40. C'est à dire tous les thèmes de Frankenstein, Dracula, La Momie, et ils les ont remis au goût du jour et colorisés avec du sang en plus, des acteurs nouveaux et surtout des scénarios plus nerveux.

Eric Escofier
Collectionneur, spécialiste du studio Hammer Films

 

La société de production n'a pas hésité à s'entourer de réalisateurs de talents comme Terence Fisher. Il a su renouveler l'esthétisme et la mise en scène, jouant sur les couleurs, intégrant une tension érotique et des décors réalistes qu'il campe dans des ambiances très gothiques. Le jeu des acteurs Peter Cushing et Christopher Lee, révélés par le réalisateur, a fait le reste.

Peurs en série

Les tournages vont s'enchaîner à grande vitesse : "Le Chien de Baskerville", "La malédiction des Pharaons", "La Momie"... toutes ces productions installeront le cinéma fantastique britannique dans la prospérité. Terence Fisher avec  son dernier film, "Frankenstein et le monstre de l'enfer" en 1974, signera la fin du cinéma fantastique gothique et par la même occasion le déclin des studios Hammer.
 
L'exposition rassemble près de 100 affiches proposées en plusieurs langues (français, anglais, italien…) et différents formats. Press books, lobby cards et photographies sont également dévoilés pour l'exposition. Des projections de films suivis de débats viennent ponctuer le propos.