"Pas d'amour sans amour" : Evelyne Dress adapte son film en un roman pétillant

Mis à jour le 16/01/2019 à 14H55, publié le 15/01/2019 à 12H18
"Pas d'amour sans amour", 1re de couverture (détail) / Editions Glyphe

"Pas d'amour sans amour", 1re de couverture (détail) / Editions Glyphe

© Fabian Perez

Rares sont les romans adaptés d’un film. Surtout quand il s’agit d’une même auteure. Evelyne Dress a choisi de réécrire "Pas d'amour sans amour" (Editions Glyphe), dont elle avait signé le scénario et la réalisation en 1993, pour creuser le portrait d’une femme de la quarantaine dans ses rapports aux hommes. Un sujet d’actualité et du même coup rafraîchi par ce passage du cinéma à l’écriture.

Regard salé

Actrice, productrice, réalisatrice, romancière, Evelyne Dress a un indéniable don de narration. Elle sait raconter les histoires. Son roman autobiographique, "Les Chemins de Garwolin" était une belle réussite dans un mélange de souvenirs, de fantastique et de spiritualité. Les confins de la métaphysique font place dans "Pas d'amour sans amour" aux femmes face aux hommes.

Echaudée par ses ex, n’en ayant aimé qu’un, Eva, célibataire, vit dans le même immeuble que sa mère et sa sœur. Associée dans une agence d’événementiel, elle organise des séminaires "sportifs" pour des sociétés. Les rencontres sont nombreuses, mais jamais fructueuses… Tout le sel vient du regard, nourri visiblement d’expériences, pimenté d’humour et finalement tendre.

Evelyne Dress parle de "Pas d'amour sans amour" (Glyphe)

Adaptation contemporaine

Le film éponyme de 1993 a quelque peu vieilli dans son image datée et ses ressorts ancrés dans l’époque. Il lui manque encore la patine, voire la nostalgie, qui fera passer une production des années 90 comme la plus fidèle "reconstitution" possible. Son adaptation romanesque surgit au bon moment pour actualiser son propos 25 ans plus tard. N’a-t-on jamais autant parlé des rapports hommes/femmes qu’aujourd’hui, avec le débat sur la parité, sur le harcèlement sexuel, #MeToo… ?  "Pas d'amour sans amour" résonne différemment aujourd’hui à travers la grille contemporaine, comme le témoignage intemporel du regard d'une femme sur les hommes.

C’est une femme qui écrit et qui donne ses sentiments. Evelyne Dress ne se veut pas porte-parole des femmes, elle traduit la sensibilité de son personnage, sans fare, avec un style qui accroche et convainc. Entière, elle n’a pas changé depuis cette quarantaine, puisque les mêmes situations et conséquences se répètent. Le décor s’est un peu transformé, mais les fondamentaux demeurent, avec l’apport d’une intériorité que permet l’écriture.

On s’amuse et on s’instruit, surtout quand l’on est un homme, de cette vision acerbe et touchante. Avec une belle écriture, sans véhémence, ou militantisme, mais romanesque et psychologique. Actuellement, Evelyne Dress prépare la réalisation de son deuxième long métrage. On lui souhaite d’y mettre autant de talent que dans ce nouveau roman.

"Pas d'amour sans amour" d'Evelyne Dress : 1re de couverture (Ed. Glyphe)

"Pas d'amour sans amour" d'Evelyne Dress : 1re de couverture (Ed. Glyphe)

© Fabien Perez

Pas d'amour sans amour
Editions Glyphe
240 pages brochées
16 €