Affaire Maurras : dix membres du Comité des commémorations nationales démissionnent

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/03/2018 à 19H23, publié le 21/03/2018 à 18H41
L'écrivain et homme politique Charles Maurras lors de son procès à Lyon en 1945

L'écrivain et homme politique Charles Maurras lors de son procès à Lyon en 1945

© AFP

Après le retrait du nom de Charles Maurras du Livre des commémorations nationales 2018 par la ministre de la Culture Françoise Nyssen, Dix des douze membres du Haut-Comité des commémorations nationales ont annoncé mercredi leur démission collective dans une lettre ouverte.

Décision unilatérale

"La décision que vous avez prise de retirer le nom de Charles Maurras de la longue liste de faits mémorables établie par notre Haut-Comité au titre de l'année 2018 - après l'avoir d'abord ratifiée par une préface élogieuse - et d'interrompre la diffusion du Livre des commémorations nationales nous rend impossible, à notre plus vif regret, de continuer de siéger dans cette instance", ont écrit les démissionnaires dans une lettre ouverte à Mme Nyssen.

Parmi les membres du Haut-Comité qui ont démissionné figurent notamment l'historien et ancien ministre Jean-Noël Jeanneney et l'historien Pascal Ory, spécialiste de la collaboration durant l'Occupation.

Ni censure, ni autocensure

La ministre de la Culture Françoise Nyssen avait décidé fin janvier d'effacer Maurras du livre des commémorations nationales après des protestations d'associations antiracistes.

"Vous comprendrez que, dans ces conditions, nous ne puissions continuer à siéger avec, en permanence, la menace soit de la censure soit de l'autocensure", ont écrit les membres du Haut-Comité dans leur lettre ouverte à Mme Nyssen.

Françoise Nyssen annonce une évolution du Haut Comité

Suite à cette démission, la ministre a annoncé une évolution de l'institution dans un communiqué. "La récente polémique sur la notice de Charles Maurras dans le ‘Livre des commémorations nationales’ a mis en lumière l’existence d’une ambiguïté persistante dans le débat public entre ‘célébration’, ‘commémoration’, et ‘devoir de mémoire’, écrit le communiqué du ministère.

"Il a donc été décidé de clarifier le statut, le fonctionnement et les publications du Haut Comité aux Commémorations nationales", poursuit le texte.

"La ministre a fait savoir aux membres du Haut Comité sa volonté de mettre fin à l’édition du livre sous l’égide du ministère de la Culture. En effet, le statu quo n’était acceptable ni pour le ministère de la Culture, dont la mission est de rassembler les Français, ni pour les membres du comité, historiens ou experts reconnus".

Sous l’égide de Danièle Sallenave

Françoise Nyssen a donc lancé un travail de réflexion sur le devenir du Haut Comité aux Commémorations Nationale, placé sous l’égide de Danièle Sallenave, présidente du Haut Comité et membre de l’Académie française.

Volume de plus de 300 pages, publié par les Éditions du patrimoine (Centre des monuments nationaux), le Livre des commémorations nationales, est un catalogue de dates marquantes de l'histoire de France dont l'année est l'occasion de se souvenir, vendu 10 euros. Le 150e anniversaire de Maurras faisait partie de la liste.

Charles Maurras, journaliste, écrivain, poète et théoricien politique du nationalisme intégrale, opposé à l’invasion nazi en 1940, avait toutefois rallié le régime de Vichy. Il avait été condamné pour intelligence avec l'ennemi à la réclusion criminelle à perpétuité et à la dégradation nationale, le 28 janvier 1945.