Les Librairies Chapitre vont déposer le bilan

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 28/11/2013 à 18H00, publié le 28/11/2013 à 16H41
Librairie Chapitre à Colmar (Haut-Rhin)

Librairie Chapitre à Colmar (Haut-Rhin)

© PHOTOPQR/L'ALSACE/Thierry Gachon

Les Librairies Chapitre vont se déclarer en cessation de paiement lundi devant le tribunal de commerce de Paris, a annoncé jeudi la direction, expliquant avoir informé les représentants du personnel de ce dépôt de bilan qui concerne 53 librairies.

"La direction des Librairies Chapitre a consulté le CE (Comité d'entreprise) pour une déclaration de cessation des paiements qui sera examinée par le tribunal de commerce de Paris le 2 décembre", a indiqué le groupe dans un communiqué, précisant aussitôt que le site internet "Chapitre.com", entité distincte, "n'est pas concerné".
Le président du réseau des librairies Chapitre, Michel Rességuier, cité dans le communiqué, estime que "toutes les conditions sont réunies pour bénéficier d'une poursuite d'activité" et assure rester mobilisé "pour que le plus grand nombre de librairies soit repris".
Selon la direction, "la fragilité de la situation économique (des pertes entre 15 et 20 millions d'euros depuis sa constitution en 2009), conjuguée aux problèmes d'approvisionnement de livres (...) ont précipité la cessation de paiement du réseau des Librairies Chapitre".
Après avoir lancé un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) en avril qui envisageait la vente ou la fermeture de 12 librairies et la suppression de 271 emplois sur 1.200, la direction avait annoncé début octobre la mise en vente de toutes ses librairies (57), avec pour objectif d'achever la cession avant l'été 2014.
Elle avait fixé au 2 décembre la date limite de dépôt des offres. Mais seules quatre librairies ont depuis été cédées.
Le réseau Librairies Chapitre est une filiale du groupe Actissia (France Loisirs, Chapitre.com), numéro 2 de la distribution du livre en France.

Reprise par des indépendants ?
Les Librairies Chapitre doivent être "reprises" par des indépendants pour être sauvées, a estimé jeudi le délégué général du Syndicat de la librairie française (SLF).
"On ne peut que regretter la cessation de paiement de cette chaîne. Mais le fonctionnement d'une chaîne, c'est la rationalisation à tout va, de façon centralisée, et l'on voit que ça ne marche pas", a déclaré à l'AFP le responsable.
"Il faut qu'elles redeviennent indépendantes, qu'il y en ait un maximum qui soient reprises en librairie indépendante pour pouvoir repartir. Ce sont de très belles voitures en panne, si on met la bonne essence, avec un changement d'offre et de fonctionnement, ça redémarrera !", a-t-il ajouté. "Quatre librairies Chapitre ont déjà été cédées à des indépendants, a-t-il rappelé, mais c'est encore très peu".
"Bien sûr, il y a aussi dans le réseau Chapitre de gros paquebots, parmi les plus grandes librairies de France, par exemple à Nancy, Clermont-Ferrand ou Grenoble. Ce sera plus difficile pour elles car ce sont de vraies PME et il faut être à la fois libraire et chef d'entreprise", a souligné Guillaume Husson. "Il y en a aussi de plus petite taille mais qui draine une population importante, comme à Brive".