John Edgar Wideman lauréat du Femina étranger et Jean-Luc Coatalem, du Femina essai

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/11/2017 à 14H57, publié le 08/11/2017 à 14H53
L'écrivain américain John Edgar Wideman

L'écrivain américain John Edgar Wideman

© ULF ANDERSEN / Aurimages

Le romancier américain John Edgar Wideman a remporté mercredi le prix Femina étranger pour "Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till" (Gallimard), a annoncé le jury composé uniquement de femmes.

John Edgar Wideman, âgé de 76 ans, absent de Paris pour des raisons de santé, avait découvert à 14 ans dans la presse américaine une photo du visage mutilé d'Emmett Till, qui avait son même âge et était comme lui un noir américain : une image qui ne cessera de le hanter. L'adolescent noir avait été accusé d'avoir sifflé une femme blanche, puis kidnappé et assassiné. Ses meurtriers, blancs, seront acquittés.
Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till :1re de couverture

Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till :1re de couverture

© Gallimard
Jean-Luc Coatalem a, lui, remporté le Femina Essais pour "Mes pas vont ailleurs" (Stock) qui revient sur la figure de Victor Segalen, explorateur, médecin militaire, romancier et poète, auteur notamment de "Stèles" et des "Immémoriaux", mort dans des circonstances mystérieuses en 1919 à l'âge de 41 ans.
Durant sa courte vie, Segalen sillonna le monde notamment la Polynésie et la Chine. Jean-Luc Coatalem, âgé de 58 ans, et Victor Segalen ont beaucoup de points communs.
L'écrivain Jean-Luc Coatalem (2016)

L'écrivain Jean-Luc Coatalem (2016)

© ULF ANDERSEN / Aurimages

Bretons natifs de Brest, issus tous deux d'une famille de militaires, les deux hommes ont bourlingué dans les mêmes lieux. Ces concordances, revendiquées par Jean-Luc Coatalem, donnent à sa biographie un air de liberté et de grande fraternité entre l'auteur et son sujet.

L'écrivain avait reçu en octobre le prix de la langue française, un prix littéraire créé par la ville de Brive pour récompenser une personnalité dont "l'oeuvre a contribué de façon importante à illustrer la qualité et la beauté de la langue française".
"Mes pas vont ailleurs" : 1re de couverture

"Mes pas vont ailleurs" : 1re de couverture

© Stock
Pour la première fois, le Femina a remis un prix spécial pour l'ensemble de son oeuvre à Françoise Héritier, qui vient de publier "Au gré des jours" (Odile Jacob).