Jean-Baptiste Andrea lauréat du prix Envoyé par La Poste avec "Ma Reine"

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 26/10/2017 à 14H40, publié le 01/09/2017 à 13H15
Jean-Baptiste Andrea, auteur de "Ma Reine" (L'Iconoclaste) , Prix Envoyé par la Poste 2017

Jean-Baptiste Andrea, auteur de "Ma Reine" (L'Iconoclaste) , Prix Envoyé par la Poste 2017

© Vinciane Lebrun-Vergueth

Le scénariste et réalisateur Jean-Baptiste Andrea a remporté vendredi le prix Envoyé par La Poste pour son premier roman, "Ma reine" (L'Iconoclaste), une histoire d'amour sombre et déchirante, vue à hauteur d'enfant, dans une Provence inondée de lumière.

Le roman, sorti en librairie mercredi, a déjà été salué quasiment unanimement par la critique. Il est en lice pour de nombreux autres prix littéraires et est en cours de traduction dans plusieurs pays, dont l'Allemagne et l'Italie. L'histoire commence à la fin des années 1960 dans la vallée oubliée de l'Asse en Provence.

La langue de l'enfance

"Ma Reine" est un roman d'apprentissage, un conte initiatique campé dans la chaleur des plateaux de Provence. Jean-Baptiste Andrea déroule son récit à la première personne, caméra embarquée dans le cerveau "différent" de Shell, nous faisant partager sa vision du monde sans filtre, ses angoisses, ses joies, ses émerveillements, ses chagrins. Le romancier dessine un être "pur", qui tente de survivre dans un monde qui n'est pas fait pour lui.

Sa Reine porte le prénom d'une fée, et l'homme qu'il croise ensuite au cours du récit est un ours muet. Ces trois-là ont en commun de se cogner au monde. Shell et Viviane se trouvent et s'inventent un monde à eux, perché sur le plateau, dans une nature grandiose, un monde à l'écart, loin de celui qui les blesse.

Jean-Baptiste Andréa nous confiait dans une interview en juillet dernier que ce roman est né de "la rencontre de deux éléments" : "D’abord des paysages de ma région, qui m’inspirent beaucoup (...) C’est une Provence presque symbolique, brossée à grands traits, qui sert de décor à "Ma Reine". Le deuxième élément, c’est le thème de l’enfance, qui m’est cher. Pas par nostalgie - je ne veux pas y retourner – mais je ne veux pas non plus tout perdre de l’enfant que j’étais. Chez trop d’adultes, cet enfant n’existe plus, ou est trop profondément enfoui".

Une prime de 2500 euros et des centaines de recommandations

Créé par la Fondation d'entreprise La Poste, déjà partenaire du prix Wepler, du prix Sévigné et du prix Clara, le prix "Envoyé par La Poste" est doté d'une prime de 2.500 euros pour le lauréat. Le livre primé sera recommandé aux 500.000 postiers actifs et retraités et La Poste passera commande de 600 exemplaires à l'éditeur. Six ouvrages étaient en lice pour ce prix. Le jury était présidé par l'écrivain Olivier Poivre d'Arvor. Jean-Baptiste Andrea, 46 ans, succède à Thierry Froger, récompensé l'an dernier pour "Sauve qui peut (la révolution)" (Actes Sud).