La mort de Gérard Genette, critique et théoricien de la littérature

Publié le 11/05/2018 à 21H20
Gérard Genette en 2011

Gérard Genette en 2011

© Ulf Andersen / Aurimages / AFP

Il était considéré comme l'un des plus importants critiques littéraires français. Gérard Genette s'est éteint vendredi matin, à un mois de son 88e anniversaire, ont rapporté Le Monde, Libération et plusieurs autres médias.

Né le 7 juin 1930 à Paris, Gérard Genette était un très grand théoricien de la littérature, passionné par l'étude des formes narratives, amoureux des mots et des lettres.

Fils d'ouvrier, il a grandi à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, avant d'adhérer au Parti communiste dans sa jeunesse, jusqu'en 1956, année de l'invasion de la Hongrie par l'URSS. À l'École normale supérieure, il a eu Jacques Derrida comme condisciple. Agrégé de lettres, il a d'abord été l'assistant de Marie-Jeanne Durry, professeur de littérature française, à la Sorbonne, entre 1963 et 1967. Puis, avec le soutien de Roland Barthes, il a intégré l'École pratique des Hautes Études, avant de devenir directeur de recherches à l'École des hautes études en sciences sociales.

Cofondateur et grand spécialiste de la narratologie

En 1970, Gérard Genette a cofondé la revue Poétique avec Tzvetan Todorov et Hélène Cixous. Aux éditions du Seuil, il a dirigé la collection du même nom dédiée à la théorie de la littérature. Il est l'un des fondateurs de la "narratologie", discipline d'étude des structures narratives. Ce terme a été inventé par Todorov.

Gérard Genette était l'auteur de nombreux essais, dont cinq volumes de "Figures". De cette série, l'ouvrage le plus fondamental sur l'avancée de l'analyse narratologique est "Figures III".

Il avait publié son dernier livre, "Postscript", en 2016. Gérard Genette, connu pour son sens de l'humour et de l'ironie, y écrivait, cité par Libération : «Une amie philosophe nous l’assure : "Il n’y a pas de strapontins dans la société des esprits." Arrivé un peu tard à quelques concerts, je m’en suis souvent contenté, au risque de provoquer quelques "chut" indignés. J’essaierai de faire moins de bruit en sortant.»

France Culture lui rend hommage avec plusieurs archives