La célèbre animatrice radio et auteure Ménie Grégoire est décédée à 95 ans

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/08/2014 à 16H13, publié le 16/08/2014 à 12H03
Ménie Grégoire en 2007 sur le plateau de "Vivement dimanche"

Ménie Grégoire en 2007 sur le plateau de "Vivement dimanche"

© BENAROCH/SIPA

La célèbre animatrice radio, journaliste et écrivaine Ménie Grégoire est décédée dans la nuit de vendredi à samedi à Tours au lendemain de son 95e anniversaire, a annoncé une de ses filles à l'AFP.

L'ancienne vedette de RTL "passait l'été dans une maison de famille en Touraine et avait été transférée il y a quelques jours dans une maison de retraite médicalisée où elle est décédée dans la nuit", a précisé Nathalie Dubeyne.
.
Reportage : : A. JOLLY, M. MORIN, L. ZEPHIRIN, C-M. DENIS, F. CERULLI, C. APIOU 

https://videos.francetv.fr/video/NI_151185@Culture

Née le 15 août 1919 à Cholet (Maine-et-Loire), de son vrai nom Marie Laurentin, elle tint le micro sur RTL durant quize ans, de 1967 à 1981, avec ses émission "Allô Ménie" et "Responsabilité sexuelle". Elle contribua par ce biais à amener la psychanalyse dans les foyers et à parler de sexualité sur les ondes.

Lors de ses émissions, des auditeurs téléphonaient en direct à l'animatrice pour lui poser des questions sur la famille, le couple, puis Ménie Grégoire se restreint progressivement à la sexualité. Durant l'hiver 1984, elle a adapté cette formule à la télévision, son émission "Avec le temps" étant diffusée sur FR3.

Journaliste et écrivaine, elle est par ailleurs l'auteure de nombreux ouvrages, dont "Le Métier de femme" en 1964, mais également de romans, comme "Tournelune". Son dernier livre, "La Marquise aux pieds nus", date de 2010.
Ménie Grégoire en 1974

Ménie Grégoire en 1974

© UNIVERSAL PHOTO/SIPA

Elle avait débuté dans le journalisme pour diverses revues d'art, puis collaboré au Monde, à la revue Esprit dont elle sera un temps membre du comité de direction, à plusieurs titres de la presse catholique, au magazine Elle. Parallèlement, elle fut conférencière de l'Alliance française aux Etats-Unis, en Italie, Finlande, Suède.

Lorsque Jean Farran, directeur de RTL la recrute comme animatrice, Ménie Grégoire, passionnée par la condition de la femme moderne, vient de publier "Le Métier de femme" (1964), un ouvrage militant pour l'égalité dans le couple et la contraception.

Reportage : L. Bellili / A Chopin / M. Hauville / F. Pairaux                             

https://videos.francetv.fr/video/NI_151187@Culture

Celle qui a suivi une psychanalyse durant dix ans, se met à son tour à l'écoute de l'autre. Rapidement submergée par des flots de détresse humaine, elle mettra en oeuvre une sorte de thérapie publique, que cette catholique vivra comme un apostolat. Le grand succès de son émission sera considéré comme l'un des moments les plus novateurs de RTL.

Ménie Grégoire est ensuite éditorialiste du mensuel Marie-Claire, à RTL (1980-86) et France-Soir (1986-99), et collaboratrice à Radio Bleue.

En 1974, elle devient membre du Conseil supérieur de l'information sexuelle, de la régulation des naissances et de l'éducation familiale.

Officier de la Légion d'honneur, soeur de l'abbé René Laurentin, spécialisé dans les récits d'apparitions de la Vierge, Ménie Grégoire était veuve de Roger Grégoire, ancien président de section au Conseil d'Etat, qui lui a donné trois filles.