La bonne santé du livre de poche au Salon de Gradignan

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 08/10/2012 à 16H12
Le Livre de Poche

Le Livre de Poche

© Librairie Générale Française

Roman, sciences-humaines, tourisme, jeunesse. Tous les secteurs de l’édition se déclinent désormais en format poche. De quoi faire du salon Lire en poche un rendez-vous incontournable des amoureux de la lecture. Une centaine d’auteurs, venus du monde entier, étaient présents à Gradignan du 5 au 7 octobre 2012 pour explorer la thématique "Au cœur des villes". Ils sont venus défendre leurs livres et une certaine idée de la littérature. A une époque, où tablette et e-book induisent des nouveaux modes de lecture, le livre de poche s'adapte et résiste plutôt bien.

C'est le grand salon du petit format, Lire en poche accueille cette année, une centaine d'auteurs, parmi lesquels Jean-Marie Blas de Roblès, Jean Vautrin, Anne-Marie Garat, Maylis de Kerangal, Véronique Ovaldé, Vilma Fuentes. Même si un livre de poche vendu sur trois est un roman policier, n'allez pas croire qu'il se cantonne à la catégorie roman de gare. Le livre à petit prix a investi avec succés tous les domaines, la qualité du papier a été améliorée, les couvertures travaillées. Cette huitième édition de Lire en poche est là pour l'attester.

Le livre de poche, un objet culturel qui résiste à la crise 
Le livre de poche prend de plus en plus de poids : en 2003, un ouvrage sur cinq sortant de la librairie était un petit format; cette année, c'est un sur quatre. Et pour la seule année 2011, 114 millions d'exemplaires ont été vendus, soit 751 millions d'euros de chiffre d'affaires. Dans le classement des meilleures ventes, on trouve dans les vingt premières places, quinze ouvrages édités en poche. Et la crise ne peut que conforter le phénomène.

https://videos.francetv.fr/video/NI_133173@Culture

Le Livre de poche pourra-t-il résister aux nouveaux modes de lecture ?
En matière d'innovation, on assiste à l'émergence de nouveaux formats panoramiques. Et c'est là que le livre de poche fait la preuve de sa vitalité, en tentant de séduire les utilisateurs de tablettes. 

Selon une étude de Bi Intelligence, les possesseurs de tablette consomment plus de livres à l'année que les lecteurs papiers. Les éditeurs de livre de poche l'ont bien compris, c'est ce lectorat qu'il va falloir capter.