L'attribution du Prix Nobel de littérature pourrait être à nouveau retardée

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 25/05/2018 à 20H16, publié le 25/05/2018 à 20H13
Sara Darius, ici photographiée lors annonce du prix Nobel 2016, a démissionné de l'Académie suédoise suite aux scandales qui ont touché l'institution.

Sara Darius, ici photographiée lors annonce du prix Nobel 2016, a démissionné de l'Académie suédoise suite aux scandales qui ont touché l'institution.

© JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Le flou est désormais total. Le prix Nobel de littérature 2018, déjà reporté d'un an, pourrait ne pas être attribué en 2019. Cette décision intervient à la suite de discordes au sein de l'Académie suédoise, ébranlée par un scandale de harcèlement sexuel.

Pour la première fois depuis près de 70 ans, l'Académie suédoise avait annoncé début mai que le prix Nobel de littérature ne serait pas décerné cette année. Le scandale qui a plongé la prestigieuse institution dans la tourmente, pourrait même retarder à nouveau l'attribution du prix.
 
Lars Heikensten, directeur de la Fondation Nobel qui gère les aspects financiers du prix Nobel, conformément au testament d'Alfred Nobel, a indiqué que le Nobel de littérature serait attribué "lorsque l'Académie suédoise aura retrouvé la confiance ou sera en voie de la retrouver à un degré suffisant. Cela veut dire qu'il n'y a pas de date limite d'ici 2019", a-t-il déclaré à la radio publique suédoise.

Démissions en cascade

L'Académie suédoise est dans la tourmente depuis que le quotidien suédois Dagens Nyheter, dans la foulée de la campagne #MeToo, a publié les témoignages de 18 femmes affirmant avoir été violées, sexuellement agressées ou harcelées par une figure influente ayant des liens avec l'Académie.
 
L'institution a rompu depuis tout lien avec la personne mise en cause, un Français marié à l'académicienne Katarina Frostenson, en retrait depuis. 
Les désaccords au sein de l'institution sur la manière de gérer cette crise ont suscité de graves dissensions parmi ses 18 membres dont 8 ont démissionné, dont la secrétaire perpétuelle en exercice Sara Danius.
 
L'Académie ne compte actuellement que dix membres actifs alors que ses statuts stipulent qu'au moins douze de ses 18 membres sont nécessaires pour élire de nouveaux académiciens.