"Kadath", premier guide interactif de la cité mystère de Lovecraft

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 20/06/2012 à 17H59
Une carte de "Kadath, le guide numérique de la cité inconnue".

Une carte de "Kadath, le guide numérique de la cité inconnue".

© Editions Mnémos

Les Editions Mnémos alliées au studio Walrus proposent avec "Kadath, le guide numérique de la cité inconnue" un livre interactif innovant et une plongée bluffante au coeur de l'univers du maître de la littérature fantastique H.P.Lovecraft. Sorte de guide touristique virtuel de cette étrange cité qu'on ne peut visiter qu'en rêve, ce livre lisible sur iPad mêle textes, images, dessins, cartes interactives et informations. Il permet de naviguer dans l'univers fantastique de l'écrivain américain et de changer de personnage à son gré. Frédéric Weil, qui a impulsé ce projet ambitieux en tant que directeur des éditions françaises Mnémos, a répondu à nos questions.

Pour "Kadath, la capitale des Contrées du rêve", quatre auteurs, David Camus, Mélanie Fazi, Raphaël Granier de Cassagnac, Laurent Poujois, ainsi que l'illustrateur Nicolas Fructus, ont créé quatre récits imbriqués, issus de leurs visites oniriques dans cette cité évoquée par Lovecraft dans ses textes.

Ces récits, accompagnés d'annexes illustrées et cartographiées, constituaient jusqu'alors le corps du livre édité en version papier par Mnémos en 2010.

Le studio français de création numérique Walrus a travaillé un an avec eux pour adapter le livre imprimé au format numérique. Tout a été pensé, voire repensé, pour le numérique et cinq modes de lecture sont possibles, comme autant de manières de découvrir l'histoire.

"Kadath, le guide numérique de la cité inconnue"
est vendu 12,99 euros en format ePub pour iPad

sur IBookstore

Présentation de "Kadath" côté graphique par les éditions Mnémos



Entretien avec Frédéric Weil, directeur des éditions Mnémos

Comment est née l'idée de cet ouvrage interactif ?

Frédéric Weil : Nous avons publié en 2010 un livre univers basé sur l'oeuvre de Lovecraft. Nous avions demandé alors à quatre écrivains de s'emparer de Kadath, cette ville onirique évoquée par le maître du fantastique, et de la raconter chacun avec leur style. Le livre a rencontré un beau succès à la fois critique et public.

En tant qu'éditeur, nous vivons notre révolution numérique. Nous avons alors commencé à réfléchir avec les studios Walrus, fans eux aussi de Lovecraft, pour proposer au lecteur sur tablette quelque chose qui ne soit pas une version homothétique (copie conforme) de la version papier. Nous voulions offrir une lecture à la fois plus immersive et interactive. Ce travail m'a passionné. Pour les auteurs et les illustrateurs c'est une remise en question et pour les éditeurs il s'agit d'acquérir des compétences nouvelles.

Comment les auteurs ont-ils travaillé à quatre ?
Par essence, les auteurs travaillent seuls. Mais ici, ils partageaient tous les quatre une culture de l'imaginaire commune et un amour de la littérature fantastique. Cela a permis un dialogue fructueux car ils parlaient la même langue. Ils ont d'abord échangé sur ce qu'est cette ville au sujet de laquelle Lovecraft a laissé peu d'indications. Ils ont imaginé ensemble ce que pouvait être sa géographie, sa société, et se sont mutuellement nourri de cette information commune. Chacun est parti sur une thématique différente et l'un des écrivains a servi de pilote et de liant de sorte que les personnages se croisent à un moment donné.

Comment lit-on "Kadath"?
On peut le lire de façon extrêmement linéaire ou au contraire déambuler à sa guise et bâtir son propre récit: on suit les personnages avec un début, un milieu et une fin mais à son rythme. Comme dans un rêve, on peut explorer la ville comme si on avait un guide entre les mains. On est vraiment au croisement du roman partagé, de la nouvelle, du livre illustré et du guide interactif. Mon exigence était que la navigation soit la plus simple possible. Il faut garder intacte la sensation de lecture, ça c'est mon métier d'éditeur. Il s'agit avant tout d'un livre numérique et non pas d'une application.

Focus sur les modes de lecture de "Kadath"
Quel supplément offre ce livre au lecteur ?
Dans chacun des chapitres, des encarts viennent complémenter le récit, à la manière de l'architecture d'un web doc. Mais nous reprenons aussi certains codes ludiques des jeux vidéos : par exemple pour valoriser la progression de la lecture, on est récompensé ici ou là par l'ouverture de parties cachées. Nous avons aussi placé des incidents de lecture pour dynamiser le texte et offrir une immersion encore plus forte. Par exemple, les personnages de Lovecraft perdent souvent la raison. Dans "Kadath", lorsque le lecteur est confronté à une scène difficile, il ne peut parfois plus poursuivre sa lecture car nous avons prévu un floutage du texte. Bien sûr il est possible de le déflouter mais nous le prévenons qu'il est en train de perdre sa santé mentale. Côté sons, nous sommes opposés à la musique omniprésente. Les animations sonores ne servent qu'à souligner et accompagner le récit.

Votre livre démontre que les possibilités du numérique sont encore sous exploitées dans l'édition...
Effectivement. Notre but est d'explorer les nouvelles voies et les nouvelles possibilités que peut emprunter l'écriture grâce, ou peut-être à cause, des technologies numériques. Techniciens, graphistes, écrivains, éditeurs, nous sommes tous concernés. Nous avons créé en quelque sorte un prototype avec cet ouvrage. Les tests sont très positifs. Nous sommes en vente depuis 10 jours et ça démarre très bien. Apple nous a très bien suivi, dès le 3e jour il nous ont mis en livre de la semaine. Nous espérons maintenant qu'Apple France poussera sa branche américaine à nous mettre en valeur.

Vous visez maintenant le marché anglo-saxon ?
Il y a une carte à jouer. Nous avons fait traduire le livre en anglais et nous le sortirons aux Etats-Unis en septembre. D'habitude c'est très difficile pour un éditeur indépendant de vendre ses auteurs aux USA. Mais là, il suffit d'être vendu sur l'IBook store. Nous nous appuyons sur Lovecraft qui est très présent dans la culture américaine.  Notre objectif dans les trois prochains mois est aussi de rendre "Kadath" lisible sur les nouvelles tablettes (Kindle, Surface de Microsoft, celle de Google etc...). Pour le prochain livre,  nous avons fait travailler quatre excellents auteurs sur Jules Verne, lui aussi très apprécié outre-Atlantique. Il sortira en version beau livre papier et en IBook au printemps 2013.

La dimension interactive de "Kadath"