"Tous à poil" : et si on ouvrait le livre ?

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 13/02/2014 à 14H20, publié le 11/02/2014 à 15H35
Jean-François Copé "choqué" par un livre pour les enfants

Jean-François Copé "choqué" par un livre pour les enfants

© PIERRE ANDRIEU / AFP

Quelques mots outrés de Jean-François Copé dans le "Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI à propos d'un livre destiné à la jeunesse, "Tous à poil" , et voilà la toile qui s'enflamme. Que raconte ce livre exactement ? Est-il comme le prétend J.F. Copé, recommandé aux enseignants par le ministère? Et au-delà, faut-il censurer les livres jeunesse ? Précisions et réactions.

Jean-François Copé était bien remonté, sur le plateau de l'émission "Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI. Il feuillette l'album pour les enfants "Tous à poil", de Claire Franek et Marc Daniau (Edtions du Rouergue, 2011) et commente : "On sait pas s'il faut sourire mais comme ce sont nos enfants, on n'a pas envie de sourire (…) A poil la baby-sitter … A poil la mamy, a poil la maîtresse, vous voyez c'est bien pour l'autorité des professeurs…".
"Tous à poil" un livre sur la "diversité du corps"

Selon une note des auteurs de cet ouvrage paru en avril 2011 aux éditions du Rouergue, Claire Franek et Marc Daniau, leur but est "d'apporter un regard décomplexé sur la nudité".

"Les personnages peints existent mais ne posent pas. Nous les voyons se déshabiller, acte quotidien qui les met tous dans des positions cocasses. Le trait et la couleur proposent un regard sensible, chaleureux et réaliste qui ne se moque pas et accepte la diversité des corps", précisent les auteurs.

"Nous avons voulu montrer que nous sommes tous différents, qu’il y a des gros, des petits, des maigres, des grands, des noirs, des blancs. Il n’y a aucun gros plan sur les corps.", expliquent les auteurs dans le Nouvel Observateur.
"Tous à poil", page intérieure
"Nous savons que les enfants se posent des questions sur leur corps : ils cherchent à savoir s'ils sont normaux, à savoir comment nous sommes faits, comment les autres sont faits. Si on laisse les enfants se débrouiller seuls avec ces questions, que trouvent-ils ?", questionnent les auteurs.
 
Faut-il censurer la littérature jeunesse?

Certes, le livre au moment de sa parution a suscité des débats dans les bibliothèques ou avec certains enseignants ou adultes qui se sont dit gênés. Mais le livre a été écrit "pour être drôle et les enfants ne s'y trompent pas. Nous y montrons la vie telle qu'elle est et eux n'ont aucun problème avec ça, ce sont les adultes qui émettent certaines réserves. Nous le comprenons mais il ne faut pas s’arrêter de créer, de proposer pour autant. Si l’on ne peut pas parler de la vie via la culture, à quoi bon ?", s'interrogent les auteurs.

"Il s'agit avant tout d'un livre innovant proposé sans tabou et sans honte. Un livre de nu abordé sans pudeur", déclaraient les jurés du prix belge Libbylit, qui a récompensé l'ouvrage du Mannekenpiss en chocolat 2011.
 
De nombreuses réactions ont fleuri ces dernières heures, émanant des politiques ou du monde de la littérature jeunesse. Sylvie Vassalo, directrice du salon de Montreuil réagit dans une tribune publiée sur le site du journal Le Monde : "Non M. Copé, les livres pour enfants ne sont pas des manuels de morale"

"Que doit-il penser de "l'immoralité" du Petit Poucet qui raconte comment des parents pauvres cherchent tout bonnement à se débarrasser de leurs enfants ; de "Boucle d'or et les trois ours" où une petite fille s'octroie le droit de squatter une maison qui n'est pas la sienne ; de "Barbe bleue", conte particulièrement cruel sur la domination masculine ?" interroge-t-elle.

"N'en déplaise à Jean-François Copé, la littérature pour enfants n'est pas le lieu de l'apprentissage et de l'éducation, ni morale, ni sexuelle. La littérature raconte des histoires. La fiction permet aux enfants de se comprendre, d'apprendre l'autre, de se confronter aux peurs qui les taraudent, d'apporter des réponses aux multiples interrogations qui les traversent.", explique cette spécialiste de la littérature jeunesse depuis 20 ans.
 
Qui recommande ce livre?

Au-delà de l'attaque de Jean-François sur le contenu du livre, il n'est pas, comme il l'a affirmé, dans les différentes listes d'ouvrages de références du centre national de documentation pédagogique (CNDP), ni dans celles proposées par les sites ministériels.  Tout au plus peut on le retrouver sur le site du CNDP dans une liste intitulée "Pour bousculer les stéréotypes fille garçons" réalisée par un atelier de lecture ardéchois
 
Copé meilleur VRP de la littérature jeunesse de l'année

La sortie de Jean-François Copé a suscité aussi des réactions politiques. Cécile Duflot, sur son compte Twitter : "Et JF Copé a un avis sur "De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête" ?"

"Je veux que les uns et les autres reviennent à la raison, à la responsabilité et surtout laissent les enfants tranquilles dans ce temps électoral, et je le demande directement à M. (Jean-François) Copé", a quant à lui déclaré Vincent Peillon, le ministre de l'Education nationale.
 
Le Premier ministre lui-même a réagi aux propos de Jean-François Copé : "Le président de l'UMP "délire" , a-t-il déclaré, ajoutant qu'il "aimerait bien que  l'opposition prenne aussi sa part dans l'effort de redressement du pays".

A noter pour finir que les ventes de "Tous à poil" ont grimpé brutalement en 48 heures : plus de 1000 commandes ont été enregistrées par les éditions Le Rouergue et "Tous à poil", jeudi 13 février, était classé à la 1e place des meilleures ventes de livres sur Amazon.