Caroline revit dans une exposition à Versailles

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/09/2012 à 11H47
Caroline et toute sa bande d'amis.

Caroline et toute sa bande d'amis.

© Pierre Probst - Hachette

Vive et audacieuse avec ses couettes blondes et sa salopette rouge, Caroline était l'héroïne jeunesse la plus moderne de son époque, celle des années 50 et 60. En avance sur son temps (Une gamine en pantalon ! Qui posa le pied sur la Lune quatre ans avant Neil Armstrong !) et actualisée dans les années 80, elle a traversé sans encombres les décennies avec sa bande d'amis animaux (Youpi le chien, Pouf et Noiraud les châtons, Kid le lionceau, Boum l'ourson...). Une belle exposition rend hommage à son univers et à son créateur, Pierre Probst, jusqu'au 16 septembre à Versailles.

Qu'apprend-on dans cette exposition ? Une foule de choses. D'abord que Caroline avait un modèle vivant : la fille même du dessinateur Pierre Probst, Simone. Le portrait à la gouache ci-dessous est à cet égard tout à fait édifiant.

Portrait de Simone Probst, gouache, 1947

Portrait de Simone Probst, gouache, 1947

© Pierre Probst

Une héroïne inspirée de sa fille simone, "diablesse et casse-cou"
Pourtant, au départ, l'éditeur, Hachette, souhaitait les aventures d'un garçon. "Moi, je tenais à une fillette moderne, délurée. Un petit bout de bonne femme qui ressemblait à ma fille Simone, une sacrée diablesse. Casse-cou, indépendante", racontait Pierre Probst, disparu en 2007. Elle voyage en Inde, au Canada et en Afrique, fait du camping, pose le pied sur la Lune. Pour parfaire ce petit côté volontaire, il l'habille d'une salopette rouge, alors que toutes les gamines portent encore des jupes. Féministe et révolutionnaire, donc, avec l'air de ne pas y toucher !

Caroline en vacances.

Caroline en vacances.

© Piere probst - hachette

On y apprend aussi que Pierre Probst a abandonné son personnage durant douze ans, quasiment durant toutes les années 70, avant de la faire renaître et de réviser une partie des dessins des années 50 jugés désuets. Ainsi la couverture de l'Automobile de Caroline (1957) a été entièrement remaniée en 1983 : les véhicules, y compris les bus, ainsi que la physionomie des rues avaient besoin d'un coup de jeune. Si le caractère bien trempé de notre héroïne à couettes n'a pas changé, elle a troqué ses ballerines blanches pour des baskets.  

L'automobile de Caroline, 1957 - Caroline et son automobile, 1983

L'automobile de Caroline, 1957 - Caroline et son automobile, 1983

© Pierre Probst - Hachette
 Une passion pour les animaux
Mais cette exposition est aussi l'occasion de rendre hommage de façon plus large à tout le travail de l'Alsacien Pierre Probst qui débuta dans la publicité . Le sympathique Saint-Bernard tenant dans sa gueule une plaque de chocolat Milka de Suchard, c'était lui !

Illustrateur dans l'âme, il était aussi passionné d'animaux. Il n'en avait pas chez lui mais depuis tout jeune et toute sa vie durant il alla les dessiner dans les parcs zoologiques ou dans les prés. Dans les années 50 il réalise tous les dessins de l'encyclopédie "Le Monde des animaux" qui restera dans les annales pour ses traits criants de vérité.

Un chat aux expressions humaines dessiné par Pierre Probst.

Un chat aux expressions humaines dessiné par Pierre Probst.

© Pierre Probst
 Il crée ensuite toute une série d'albums jeunesse basés sur les aventures de petits animaux aux comportements humains : le chien Youpi inspiré par le cocker golden de son éditeur, les chats Pouf et Noiraud, Pitou la petite panthère, les chiens Pipo et Bobi.

On les retrouvera finalement tous aux côtés de Caroline. Traduits en une quinzaine de langues et écoulés à plus de 40 millions d'exemplaires, les aventures de cette blondinette intrépide et de ses malicieux complices se transmettent de génération en génération. On les croise toutes dans les huit salles du musée Lambinet.

Pierre Probst parle de son travail (extrait du film projeté à l'exposition)

150 dessins originaux, crayonnés de départ et planches finales à la gouache et à l'aquarelle, livres anciens et vidéos permettent de découvrir cette oeuvre foisonnante et de se replonger dans l'enfance.

Pour ne rien gâcher, l'exposition se déroule dans un splendide hôtel particulier du XVIIIe rénové,  situé à 10 minutes à pieds du parc du château de Versailles.

"Caroline et l'univers de Pierre Probst"
Jusqu'au Dimanche 16 septembre 2012
Musée Lambinet

54 boulevard de la Reine
Versailles
Tel : 01 39 50 30 32
Tous les jours de 14h à 18h, sauf le vendredi

L'affiche de l'exposition Caroline au musée Lambinet.

L'affiche de l'exposition Caroline au musée Lambinet.

© Musée Lambinet