François Hollande rend hommage à Aimé Césaire au Panthéon

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/06/2013 à 10H56, publié le 25/06/2013 à 17H37
Le président François Hollande rend hommage à Aimé Césaire au Panthéon, à l'occasion du centenaire de sa naissance (26 juin 2013)

Le président François Hollande rend hommage à Aimé Césaire au Panthéon, à l'occasion du centenaire de sa naissance (26 juin 2013)

© Philippe Wojazer / Pool / AFP

François Hollande a rendu hommage mercredi matin au Panthéon à Aimé Césaire à l'occasion du centenaire de sa naissance, saluant une figure "intimement liée à l'esprit de la République" et à "la lutte contre l'esclavage, le colonialisme, la brutalité". Le maire de Paris Bertrand Delanoë inaugurera dans la journée un quai au nom du poète et homme politique martiniquais décédé en 2008

Arrivé à 8 heures au Panthéon, le président de la République a traversé seul la nef, avant de descendre dans la crypte pour déposer une gerbe de fleurs devant la plaque dédiée à l'écrivain, chantre de la négritude.

"Je tenais à venir ce matin honorer la mémoire d'Aimé Césaire à l'occasion du centenaire de sa naissance", a ensuite déclaré François Hollande dans une courte  allocution, en présence des ministres Aurélie Filippetti (Culture) et Victorin Lurel (Outre-mers).

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui doit quitter Paris après le  conseil des ministre pour se rendre aux Antilles dira lui aussi, "au nom de la nation tout entière, combien la forte personnalité d'Aimé Césaire le poète, l'homme politique trouve sa place dans notre panthéon", a ajouté le chef de l'Etat.

"La figure d'Aimé Césaire est intimement liée à l'esprit de la République"
"Je souhaite dire à tous les Martiniquais, mais aussi au-delà des Martiniquais, au-delà des Antilles, au-delà même de la France, combien la figure d'Aimé Césaire est intimement liée à l'esprit qui est celui de la République, c'est-à-dire la diffusion de valeurs, la promotion de chacun, la capacité à être digne en toutes circonstances, la lutte contre l'esclavage, contre le colonialisme, contre la brutalité", a-t-il poursuivi.

Aimé Césaire "l'a fait avec ses mots de poète et il l'a fait aussi avec ses actes d'homme politique", a dit le Président de la République.

L'écrivain, mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France, est enterré à la  Martinique mais une plaque lui a été dédiée au Panthéon en avril 2011, lors d'un hommage national.

Un quai parisien au nom d'Aimé Césaire
Le maire de Paris Bertrand Delanoë rendra aussi hommage mercredi à Aimé Césaire en inaugurant un quai à son nom.

Le Conseil de Paris a décidé en mars d'attribuer le nom du célèbre écrivain martiniquais, décédé le 17 avril 2008, à la partie du quai des Tuileries située entre la passerelle Léopold Sédar Senghor et l'avenue du général Lemonnier (1er arrondissement).
Quai de Seine avec le pont Leopold Sedar Senghor, à Paris

Quai de Seine avec le pont Leopold Sedar Senghor, à Paris

© ESCUDERO Patrick / hemis.fr
"Auteur notamment du 'Cahier d'un retour au pays natal', du 'Discours sur le colonialisme' et d''Une saison au Congo', Aimé Césaire avait choisi, avec son ami Léopold Sédar Senghor et sous les auspices d'André Breton, de redonner leur fierté aux figures du nègre, du colonisé, de l'opprimé, au service desquels il avait mis ses mots éclatants et sa lucidité", souligne la mairie dans un communiqué.