Apollinaire dans le domaine public : une nouvelle vie pour "Alcools" ?

Par Culturebox @Culturebox
Publié le 30/09/2013 à 12H22
Guillaume Apollinaire en novembre 1913

Guillaume Apollinaire en novembre 1913

© Collection Yli / SIPA

Guillaume Apollinaire est tombé dimanche dans le domaine public, ce qui devrait entraîner de nouvelles publications du poète, notamment par des éditeurs numériques qui guettent les contenus gratuits.

Guillaume Apollinaire est mort le 9 novembre 1918 et ses œuvres devraient être dans le domaine public déjà depuis longtemps. L’ancien système prévoyait l’entrée dans le domaine public 50 ans après la mort de l’artiste. La durée a été étendue à 70 ans.
 
Et puis il y a eu des prolongations parce que l’écrivain a été déclaré "mort pour la France" (il a été blessé par un éclat d’obus dans une tranchée, même s’il est mort de la grippe espagnole). Sans compter les extensions de la durée des droits d’auteur pendant les périodes de guerre. 
 
Guillaume Apollinaire est donc entré dans le domaine public le 29 septembre.
 
Une nouvelle vie pour les textes
Quand un auteur rejoint le domaine  public, ce sont des revenus qui s'évanouissent pour les ayant droits mais aussi pour les éditeurs propriétaires des droits (exploitation exclusive en librairie, droits de reproduction, notamment pour les manuels scolaires).
 
Et donc une nouvelle vie pour les textes de l’auteur, qui peuvent faire l’objet de nouvelles publications.
 
En avril, Gallimard, qui est l’éditeur historique d’Apollinaire, prévoit une édition en Folio pour le centenaire de la publication d’"Alcools", avec un portrait du poète, des lettres, un lexique et des hommages.
 
Flammarion s’est mis sur le créneau aussi, avec une édition d'"Alcools" et de "Calligrammes".
 
"C'est le texte qui tombe dans le domaine public  et non les traductions ou  les annotations. Les éditions annotées deviennent des éditions de référence,  cela permet de prolonger la durée de vie", explique un spécialiste, Me Emmanuel Pierrat, dans Livres Hebdo.