Académie française : un nouveau vote pour rien

Par @Culturebox
Publié le 14/11/2013 à 17H48
L'institut de France, siège de l'Académie française, vu de la Seine à Paris

L'institut de France, siège de l'Académie française, vu de la Seine à Paris

© Manuel Cohen/AFP

L'Académie française n'est pas parvenue jeudi à élire le successeur de l'écrivain Félicien Marceau au fauteuil 21, faute de majorité. L'élection a été reportée à une date ultérieure non précisée.

Parmi les candidats à l'immortalité figuraient l'écrivain et célèbre éditeur Claude Durand, 75 ans, et le romancier, scénariste et metteur en scène Didier van Cauwelaert, 53 ans. Après trois tours de scrutin, les 26 immortels votants ce jeudi ne sont pas parvenus à les départager.

Deux autres candidats, Michel Carassou et Patrick Sbalchiero, n'ont recueilli aucun suffrage.
   
Claude Durand a obtenu successivement 7 voix, 9 voix puis 8 voix et Didier van Cauwelaert 7 voix lors des trois tours. Deux bulletins blancs ont étécomptabilisés au troisième tour.
   
Une dizaine de bulletins blancs
Plus significatif encore du manque d'enthousiasme des académiciens, de neuf à dix bulletins blancs marqués d'une croix, signifiant le refus de tous les candidats, ont sanctionné le scrutin.
   
C'était la deuxième fois que Didier van Cauwelaert frappait à la porte de l'Académie française. Sa première tentative datait de 2009, quand François Weyergans avait été élu au fauteuil de Maurice Rheims.
   
Quant à Claude Durand, né le 9 novembre 1938, ce devrait être sa première et dernière tentative puisque la limite d'âge de dépôt de candidature à l'Académie française est fixée depuis 2010 à 75 ans.
   
Les élections blanches ne sont pas rares à l'Académie française, fondée en 1635 par Richelieu et chargée de veiller au respect de la langue française. Ainsi, l'ancien ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, a été élu sous la Coupole le 13 juin dernier au fauteuil de l'écrivain diplomate Pierre-Jean Rémy après trois élections blanches. A l'inverse, d'autres élections se font à une très large majorité, dès le premier tour.
   
Après avoir décerné le Grand prix du roman de l'Académie française en octobre, les immortels doivent procéder le 12 décembre à l'élection du successeur de l'auteur d'origine argentine Hector Bianciotti, à laquelle se présente notamment l'écrivain canadien né en Haïti Dany Laferrière