Un livre de dialogue entre le pape et un rabbin sera publié en mai

Par @Culturebox
Publié le 19/03/2013 à 17H55
Mardi 19 mars 2013, le pape François fait signe à la foule depuis sa papamobile lors de sa messe inaugurale à Rome.

Mardi 19 mars 2013, le pape François fait signe à la foule depuis sa papamobile lors de sa messe inaugurale à Rome.

© Filippo Monteforte / AFP

Un livre d'entretiens entre le pape François et Abraham Skorka, rabbin de la communauté juive Benei Tikva de Buenos Aires, sera publié au mois de mai aux éditions Robert Laffont.

Intitulé "Sur la terre comme au ciel. La famille, la foi, le rôle de l'Eglise au XXIè siècle: les convictions du pape François", cet ouvrage est le  résultat des échanges entre le nouveau pape, alors qu'il était encore le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio, et le rabbin Abraham Skorka, également né à Buenos Aires (en 1950).

Elu pape le 13 mars, Jorge Bergoglio, 76 ans, a aussitôt adressé une lettre au chef de la communauté hébraïque de Rome, exprimant le souhait de contribuer au "progrès des relations entre juifs et catholiques", rappelle l'éditeur.

Dans ce livre, les deux hommes cherchent à créer des horizons communs à leur religion sans atténuer pour autant les caractéristiques propres de leurs croyances. Ils débattent de sujets tels que Dieu, le diable, le fondamentalisme, l'athéisme, la mort, la Shoah, mais aussi de sujets profondément d'actualité comme l'homosexualité, l'avortement, l'euthanasie, le capitalisme, l'argent et la globalisation.

Successeur de Benoît XVI qui a démissionné le 28 février à près de 86 ans,  en raison de "l'affaiblissement de ses forces", le nouveau pape 
a choisi le nom de  François à la mémoire de Saint François d'Assise, qui au XIIIe  siècle avait voulu rebâtir l'Eglise, alors divisée comme aujourd'hui, et avait  oeuvré pour la paix, à l'époque des Croisades, et pour le respect de la nature.

Mardi sur la place Saint-Pierre de Rome, devant une trentaine de chefs d'Etat et de plus de 150.000 fidèles, le 266e pape a appelé les fidèles à protéger "toute créature de Dieu" et à faire preuve de "tendresse", lors de la messe inaugurant son arrivée à la tête de l'église catholique.