Soral condamné en appel pour menaces contre une jeune femme qui l'avait éconduit

Publié le 25/10/2018 à 14H59
Alain Soral en 2015

Alain Soral en 2015

© LOIC VENANCE / AFP

L'essayiste d'extrême droite Alain Soral a été condamné jeudi en appel à une amende pouvant se transformer en emprisonnement pour des menaces envoyées par e-mail à une jeune femme qui avait rejeté ses avances.

La cour d'appel de Paris a condamné Alain Bonnet, dit "Soral", à 60 jours-amende à 50 euros pour "menaces de commettre une atteinte à la vie privée", pour deux e-mails envoyés en 2014, où il menaçait de faire circuler des photographies dénudées de la jeune femme sur internet.

Propos insultants

Une peine de jours-amende implique que le condamné voit cette peine transformée en emprisonnement s'il ne s'acquitte pas de la totalité de l'amende. En première instance, le tribunal lui avait infligé le double. Il avait alors également été condamné pour le délit d'"envoi réitéré de messages malveillants", en l'occurrence des propos insultants, mais la cour d'appel l'a relaxé sur ce point.

Il devra aussi verser à la jeune femme une somme de 6.000 euros de dommages et intérêts et frais de justice. Devant le tribunal correctionnel, lors du premier procès en octobre 2016, la jeune femme avait expliqué avoir entretenu pendant plusieurs mois une correspondance "courtoise" avec Alain Soral, qui avait changé de ton une fois qu'elle l'avait éconduit.