Mort d'Antoine Sfeir, politologue, spécialiste du monde arabe

Par @Culturebox
Publié le 01/10/2018 à 10H06
Antoine Sfeir, septembre 2012

Antoine Sfeir, septembre 2012

© FRED TANNEAU / AFP

Le journaliste et politologue franco-libanais Antoine Sfeir, spécialiste du monde arabe et musulman, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi, à l'âge de 70 ans, ont annoncé sur Twitter les Cahiers de l'Orient, revue qu'il avait fondée.

"Antoine Sfeir était un passeur entre deux mondes, l'Orient et l'Occident. Il avait de l'islam, dans ses multiples visages et dans son histoire, une connaissance profonde et chaleureuse. Il aimait décrypter et transmettre. Et il était un ami", a réagi le président du MoDem François Bayrou sur les réseaux sociaux.

Conférencier, auteur de nombreux ouvrages, il a longtemps été "consultant d'Europe 1 pour le Moyen-Orient", ont rappelé des journalistes de la station, émus par sa disparition.

Enlevé au Liban en 1976

Né en 1948 à Beyrouth, Antoine Sfeir a été coresponsable du service étranger au quotidien francophone libanais L'Orient-Le Jour, jusqu'à son enlèvement en 1976, en pleine guerre civile au Liban, par des milices palestiniennes qui l'ont torturé pendant une semaine. Une expérience qu'il évoquera par la suite et dont il garda toute sa vie des séquelles. Il sera par la suite journaliste à La Croix et à Pèlerin avant de créer au milieu des années 80 la revue trimestrielle Les Cahiers de l'Orient. Auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur le monde arabe et l'islam, il sera accusé de complaisance envers le régime de Ben Ali, avec le livre "Tunisie, terre de paradoxes", publié en 2006, et exhumé au moment du printemps arabe.

Avec son dernier opus, "L'Islam contre l'Islam: l'interminable guerre des sunnites et des chiites" (2012), il remporta le prix Livre et droits de l'Homme à Nancy. Antoine Sfeir a multiplié au fil des ans les collaborations et interventions dans les médias et a été un invité régulier d'Yves Calvi pour son émission "C'est dans l'air".

Instigateur de l'Observatoire de la laïcité

En 2003, il avait dépeint l'universitaire Tariq Ramadan comme un "spécialiste du double langage", dont l'influence sur la jeunesse serait plus dangereuse que celle des islamistes violents, ce qui lui vaudra une plainte en diffamation. Il sera relaxé. En 2005, il lancera, avec Jean-Michel Quillardet, ancien grand maître du Grand Orient de France, l'Observatoire de la laïcité, qui se voulait "un groupe d'étude et de prospective afin de renforcer le principe de laïcité comme constitutif de la République et de la démocratie". Chevalier de la Légion d'honneur, Antoine Sfeir présidait depuis 2014 l'ILERI (Institut libre d'étude des relations internationales).