Le dernier message de Stéphane Hessel : "Tu dois changer ta vie !"

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 06/03/2013 à 19H14, publié le 27/02/2013 à 10H21
Stéphane Hessel s'est éteint dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 95 ans

Stéphane Hessel s'est éteint dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 95 ans

© LAMACHERE AURELIE/BALTEL/SIPA

Dans « A nous de jouer », un ultime livre d’entretiens que publieront les éditions Autrement le 6 mars, Stéphane Hessel lance un « Appel aux indignés de cette terre ». Il y réaffirme la nécessité de l’engagement…

L’écrivain et journaliste suisse Roland Merk a longuement interviewé Stéphane Hessel pour ce petit livre, suite naturelle d’ « Indignez-vous » qui avait connu un succès gigantesque et planétaire. Stéphane Hessel y donne son point de vue sur la plupart des grands dossiers internationaux. Et appelle à une action d’envergure transnationale…

Que nous apprend l’histoire ?

La question d’aujourd’hui, dit Stéphane Hessel, c’est : « Comment pouvons-nous transformer un monde marqué par une exploitation globale en une société mondiale socialement juste et durable ? ».
Pour y parvenir, il faut renforcer les institutions. Et « réformer au plus vite les Nations Unies dans le but de les pourvoir d’une souveraineté globale qui les engage ».

Un combat permanent : la création d’un véritable état palestinien

Il exhorte le président américain à réveiller « un espoir déçu » :
« Comment peut-il (Obama) y arriver s’il ne se comporte pas plus sévèrement à l’égard du gouvernement israëlien ».
Et de rêver à « un Printemps pour Israël ». « Un Printemps qui permettrait, avant tout, d’offrir des fleurs aux autres ».

Changer sa vie !

Ce jeune homme éternel a, jusqu’au bout, porté un message de résistance, d’impertinence et d’anticonformisme. Dans « A nous de jouer », il précise sa pensée : « On me dit que je suis un optimiste… Je précise que je le suis parce qu’il n’y a d’autre voie à prendre que celle qui mène au meilleur ». La crise ? Les difficultés qui s’amoncellent ? « Là où est le danger croît aussi ce qui sauve » répond Hessel en citant le poète Friedrich Hölderlin.

Le dernier message 

« Mon message aux Indignés de cette terre serait le suivant : n’en restez pas au stade de l’indignation, mais faites preuve de responsabilité en vous engageant. Changez ce monde, éprouvez de la compassion et soyez les citoyens d’une authentique société mondiale. Tu dois changer ta vie ! Pourquoi es-tu indigné ? Parce que tu n’as pas encore changé ta vie ! »
"A Nous de Jouer" © Autrement
"A nous de jouer" par Stéphane Hessel – propos recueillis par Roland Merk (traduit de l’Allemand par Nathalie Huet) – Editions Autrement - 160 pages - 12,00 euros - Initialement prévue le 13 mars, la parution a été avancée au 6 mars 2013.