"Le boloss des Belles Lettres" : la grande littérature expliquée aux waloufs

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 15/06/2013 à 17H17, publié le 15/06/2013 à 16H59
"Le boloss des Belles Lettres" Les grands de la littérature pour les waloufs

"Le boloss des Belles Lettres" Les grands de la littérature pour les waloufs

© Laurence Houot / Culturebox

Quentin Leclerc et Michel Pimpant ont lancé il y a quelques mois le Tumblr "Les Boloss des Belles Lettres". L'idée : revisiter les grands classiques de la littérature en langage des cités. En août, en pleine rentrée littéraire, les meilleures chroniques paraîtront en version papier aux Editions J'ai lu, au format rentrée littéraire (clin d'œil), 13x20 avec bandeau.

"La littérature pour tous les walouf, par @valtudinaire et @Michel_Pimpant. Chaque semaine, des résumés qui tabassent sur http://bolossdesbelleslettres.tumblr.com/ !" C'est le pitch du Tumblr sur leur page Facebook. Un blog où les oeuvres de Victor Hugo, Perec, Duras, Voltaire, Montesquieu, Saint-Exupéry ...  sont résumées et analysées en version dépoussiérée du Lagarde et Michard, c'est le moins qu'on puisse dire... . Pour les deux auteurs, transcrire de cette manière les textes du patrimoine littéraire, c'est donner un coup de jeune aux œuvres du passé.

Quentin Leclerc et Michel Pimpant sont deux purs littéraires : le premier, 21 ans, est en troisième année à la fac après être passé par une hypokhâgne. Michel, de 10 ans son aîné, a aussi étudié la littérature jusqu'à préparer l'agrégation (et la rater) il travaille aujourd'hui dans une société de jeux vidéos. "Les boloss des belles lettres" n'est pas leur premier projet de ouf. Comme ils l'expliquent dans un entretien avec lexpress.fr, ils ont d'abord pensé à une parodie de l'encyclopédie de Diderot "L'encyclopédie géniale", une version de l'encyclopédie des lumières avec que des articles "merdiques"…

Gracq en version "jeuns" ça déchire !

L'idée du boloss est venue à Quentin au réveil, avec l'envie de "reprendre les grands classiques de la littérature de manière hyper décomplexée, en mode bas de plafond". Les deux auteurs se défendent de velléités pédagogiques, le but étant avant tout de "se faire plaisir et de se marrer". S'ils assurent ne pas s'intéresser aux statistiques, leur page Facebook a plus de 10 000 J'aime et leur trumbl a déjà fait beaucoup de buzz.

Du coup, leurs chroniques littéraires sont annoncées en version papier pour cet été, aux éditions J'ai lu, à la manière d'un roman de la rentrée littéraire, "C'est le moment où tout le monde balance des textes très sérieux, et nous on arrive comme des malpropres et on balance la pire bouse de l'année", s'amusent-ils. Ce qu'on peut dire en tous cas, c'est que leurs chroniques sont pointues et font preuve d'un grand amour de la littérature, même si parfois on ne comprend pas tout (j'avoue) ...




Extraits

Lettre persanes, Montesquieu : 
"montesquieu son p’tit kiff c’est de se mettre en mode brice de nice et d’enchainer les clash contre clash…"

La peste, Albert Camus
"ça commence y a le doctor house du coin c’est rieux il va chercher son playboy dans la teboi aux lettres et là il voit un gros rat dégueuli sur son paillasson “welcome” c’est le seum en 16/9 dans le hall et monsieur michou il dit “non mais c’est les p’tits babtous du ter ter qui se croient à halloween ils font des gueblas mdrr !!!”

Les Faux monnayeurs, André Gide 
"les faux-monnayeurs c’est le roman dans le roman tonton comme si t’ouvrais ton kébab sauce samourai et dedans y a un autre kébab sauce samourai en mode infini NON-STOP KEBABYING !!! " 

Le Colonel Chabert, Honoré de Balzac
"au début c’est avocats & associés ça chille entre tontons l’herminette objection votre honneur bref tu vois le tableau y a un juge trop chanmé il s’appelle derville comme interville top à la vachette !!!! mdr et là bam sans prévenir back in black survivor y a le colonel chabert qui se radine dans le p’tit T2 de l’avocat tout le monde calme son délire direct vu qu’on le croyait clamsé pendant la guerre du vietnam chez les boches mais que dalle magueule c’est kill bill le père chabite il sort de son cercueil encore vivant et il est tellement vénère du cul qu’il va tataner tous les FDP qu’il croise alors il se plante devant le p’tit derville top à la vachette et il lui pose un slam à la fidel castro genre 12h de live t’es obligé de venir avec un slip de rechange au concert !!! des barres !! il lui raconte qu’il est revenu à paname pour farfouiller sa zouz madame la colonel chabite seulement BAM gros coup de tonfa dans les glaouies sa zouz elle s’est remariée en deux-deux avec un babtou nazebroque en mode extension de garantie du mariage ma vieille PS3 est niquée alors j’ai fait l’échange standard donc arrache-toi sale accapareur du bonheur conjugal j’aime pas ton embrouille gadjo."