Thierry Marx publie "La Stratégie de la libellule" : "La vie, comme la cuisine, est un sport de combat"

Publié le 15/10/2018 à 18H05
Thierry Marx, invité de 20h30 le dimanche, 14 octobre 2018

Thierry Marx, invité de 20h30 le dimanche, 14 octobre 2018

© France 2 Culturebox - capture d'écran

Le chef doublement étoilé publie "La Stratégie de la libellule" (Cherche Midi), un livre de recettes pour réussir à surpasser les épreuves de la vie. Il était l'invité de Laurent Delahousse dans 20h30 le dimanche sur France 2.

Une libellule, ça trouve un axe cognitif pour passer les épreuves mais ça ne recule pas.

Thierry Marx

C’est guidé par cette philosophie de vie que Thierry Marx a mené tous ses combats, que ce soit à l’école, à l’armée ou en cuisine. Le chef doublement étoilé ne fait rien comme les autres et c’est sans doute cela qui lui réussit. Ceinture noire de judo, ancien parachutiste dans l’Infanterie de Marine et casque bleu au Liban, Thierry Marx pratique aussi le bouddhisme zen, auquel il s’est initié au Japon. Il livre dans sa "Stratégie de la libellule", une méthode et une réflexion pour répondre aux épreuves de la vie. Thierry Marx était l'invité de 20h30 le dimanche sur France 2. 
Thierry Marx, invité de 20h30 le dimanche

Comme un esprit de revanche

Car Thierry Marx en a connu des épreuves. Elevé à Ménilmontant puis dans les HLM de Champigny-sur-Marne, il n’a d’autres horizons que la bagarre, la débrouille… et l’échec scolaire. La conseillère d’orientation à qui il dit vouloir faire une école hôtelière lui répond : "ce n’est pas pour des gens comme vous".

Je crois que les mots créent les maux, parfois.

Thierry Marx

"C’était troublant, j’ai gardé cette phrase pendant des années et je ne comprenais pas ce que c’était "des gens comme moi" ou comme ma famille ou comme mes parents. J’avais beaucoup d’amertume quand j’ai entendu ça et cette amertume elle est restée longtemps". Il sera orienté vers la mécanique. Puis partira en pâtisserie chez les Compagnons du devoir avant de s’engager dans l’Infanterie de Marine. Thierry Marx veut voir du pays. Il sera envoyé comme casque bleu au Liban. De l'armée, le cuisinier a gardé un certain sens de la discipline et de la loyauté.

Il faut être instruit pour devenir un homme libre

Thierry Marx

Il revient ensuite sur les bancs de l’école, si l’on peut dire. Majeur, il passe un brevet des collèges, un CAP cuisine et le bac en candidat libre. "Ça a été ma planche de salut, c’est-à-dire reprendre conscience qu’on pouvait devenir un homme libre en étant instruit, c’est quelque chose qui m’a beaucoup aidé et ça m’a permis d’être dur avec les faits et bienveillant avec moi-même. Les faits étaient que j’étais très en manque de culture générale".

Des écoles de la deuxième chance

Alors aujourd’hui, Thierry Marx, l’ancien décrocheur, travaille à donner une seconde chance aux jeunes en perte de repères, éducatifs et sociaux. Il a ouvert sept écoles gratuites (Cuisine, mode d’emploi(s)) qui forment à la cuisine en onze semaines. Il enseigne aussi la cuisine en prison. "Si on veut qu’un individu se reconstruise, il faut montrer un certain nombre de directions. Moi, je crois que le travail est épanouissant".

"La vie est un sport de combat"

Adepte d’un certain ascétisme, végétarien, Thierry Marx pratique tous les matins une heure de sport : judo, boxe ou kendo. "La vie est un sport de combat", aime à dire le chef, qui a développé depuis plusieurs décennies un amour inconditionnel du Japon. Il y possède un restaurant et s’y rend tous les deux mois.

"La nature est la déesse de tout au Japon, donc j’ai beaucoup travaillé sur le bio-mimétisme là-bas, sur un certain nombre de choses qui me passionnaient et puis la découverte du bouddhisme zen qui vous apprend énormément sur vous-même".

Imaginer la cuisine de demain

A l'avant-garde de la cuisine moléculaire, Thierry Marx a collaboré avec l’astronaute Thomas Pesquet pour lui concocter des plats de son enfance, comestibles dans l’espace. Des petits plats conçus pour l’apesanteur, que le chef étoilé a mis au point avec Raphaël Haumont au sein du Centre Français d’Innovation Culinaire d’Orsay, rattaché à l’Université Paris Sud. Il élabore actuellement une eau végétale, recycle l'eau de cuisine et imagine des gâteaux à la pectine de fruit pour anticiper les besoins de demain.

Thierry Marx est à la tête de quatre restaurants et de quatre boulangeries en France. Il a écrit une douzaine de livres.
Centre français d'Innovation culinaire