Eric Vuillard, prix Goncourt 2017 : "La fiction n'est pas tant du côté de la littérature que du pouvoir"

Jean-Michel Ogier
Par @jmo1512
Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 07/11/2017 à 11H33, publié le 07/11/2017 à 11H13
Eric Vuillard

Eric Vuillard

© France 2 / culturebox

Eric Vuillard a reçu le Prix Goncourt 2017 pour "L'ordre du jour" aux Editions Actes Sud. Il y fait le récit de l'arrivée au pouvoir d'Hitler, de l'Anschluss (l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie) et le soutien sans faille des industriels allemands à la machine de guerre nazie. Eric Vuillard était l'invité du 20 heures de France 2 hier soir.

"Je suis content tout simplement". Eric Vuillard, tout juste couronné du plus prestigieux des prix littéraires, savoure. Et pourtant cela ne s'annonçait pas gagné d'avance. Et cela pour quatre raisons : "L'ordre du jour" est sorti très tôt dans l'année (au printemps), c'est un récit et non un roman qui, de surcroît, ne fait que 160 pages ce qui est peu pour un possible lauréat, et enfin Actes Sud sa maison d'édition est la maison de la ministre de la culture Françoise Nyssen

https://videos.francetv.fr/video/NI_1115261@Culture

Le récit débute par un dîner le 20 février 33 rassemblant, autour d'Hitler et de Goering des industriels allemands qui vont se laisser séduire. "Les industriels sont là pour savoir ce que les nazis veulent faire en matière économique et les finances des nazis sont exsangues alors qu'approchent les élections du 5 mars où ils visent la majorité absolue".

Le récit d'Eric Vuillard conduit le lecteur au coeur des journées qui ont conduit à l'Anschluss. L'auteur évoque le fou rire de Goering et Ribentropp au procès de Nuremberg à l'évocation d'une conversation enregistrée en 1938 pendant laquelle ils avaient bluffé les services secrets britanniques en laissant croire que l'Autriche allait être libérée de la dictature du chancelier Kurt Schuschnigg !!! 

Ce que montre cet épisode, c'est que la fiction n'est peut-être pas tant du côté de la littérature ou de l'art que du côté de la politique ou du pouvoir.  


"L'ordre du jour" c'est aussi l'occasion de redécouvrir qu'à l'époque de l'Anschluss, l'armée allemande n'était pas si forte que cela. "A l'entrée en Autriche, 70% des engins motorisés sont tombés en panne, rappelle Eric Vuillard. Si bien que l'opération, complètement improvisée ne s'est pas produite du tout !" Un épisode qui met encore plus en lumière la politique d'apaisement de Chamberlain et du gouvernement français qui aurait pu agir pour contrer Hitler à ce moment là.