Étonnants voyageurs. Patrick Chamoiseau : "Il faut sortir de soi pour oser la fraternité"

Par Christian Tortel avec (AFP) @Culturebox
Mis à jour le 22/05/2018 à 17H23, publié le 22/05/2018 à 17H22
Le livre "Osons la fraternité !" 

Le livre "Osons la fraternité !" 

© France Ô / Culturebox

A Saint-Malo, les écrivains Patrick Chamoiseau, Prix Goncourt 1992, et Michel Le Bris, fondateur et directeur du festival Etonnants voyageurs, ont réuni les contributions d’une vingtaine d’auteurs solidaires avec les migrants. Ils invoquent un "devoir d’hospitalité" et publient un livre-manifeste : "Osons la fraternité !"

Cinquante ans après mai 68, les écrivains n’ont pas renoncé à changer le monde. Le slogan n’est plus lancé avec des pavés à Paris ni sur la plage de Saint-Malo. Vingt-neuf ans après sa création le festival Etonnants voyageurs est passé progressivement des écrivains qui découvrent le monde et le racontent aux écrivains qui proclament leur fraternité avec les migrants et qui veulent dire leur souci du monde.

Solidaires par leurs écrits, une trentaine d’entre eux ont écrit un livre à plusieurs voix, "Osons la fraternité !", publié par les éditions Philippe Rey. Parmi les signataires d’une contribution : un Prix Nobel, Jean-Marie Le Clézio, quatre Prix Goncourt, outre Patrick Chamoiseau, Tahar Ben Jelloun, Laurent Gaudé et Lydie Salvayre, et une ancienne ministre : Christiane Taubira. Des écrivains français, dont la Guadeloupéenne Gisèle Pineau et des écrivains africains dont les essayistes Achille Mbembe, Felwine Sarr, Sami Tchak, Ananda Devi, Leonora Miano, et les intellectuels arabes Boualem Sansal et Elias Sanbar.

Reportage : Christian Tortel, Massimo Bulgarelli, Rael Moine. Montage : Fred Martinvallet.

https://videos.francetv.fr/video/NI_1238817@Culture

Le prix Nobel de littérature, Jean-Marie Le Clézio, relate ses réflexions sur ces années de petite enfance passées caché avec sa famille dans un village des Alpes-Maritimes pour échapper à la déportation par les Allemands.

L'Italien de Trieste, Claudio Magris, considère que "le monde est en train de perdre la quatrième guerre mondiale (...) contre lui-même", et que l'Europe fait fausse route en n'affrontant pas "unitairement la situation au lieu d'en laisser la gestion à chacun des pays qui la composent". Il rappelle que l'Histoire est faite de migrations et que la civilisation romaine a été "fondée par une réfugié étranger, Enée", venu d'Asie Mineure.

Un manifeste pour une mondialité apaisée

L'historien Pascal Blanchard expose sa surprise en découvrant par hasard, lors d'un voyage aux Etats-Unis, l'opération "Wetback", sous la présidence du Républicain "Ike" Eisenhower (1953-1961) qui s'est soldée par l'expulsion ou le départ sous la pression de millions de Mexicains. Une opération qui résonne étrangement avec la volonté exprimée par Donald Trump d'expulser des Mexicains illégaux et de construire un mur à la frontière.

Quant à Mireille Delmas-Marty, professeure au Collège de France, elle propose un "Manifeste pour une mondialité apaisée". Elle formule le souhait, pour les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l'homme, de voir les signataires "saisir cette occasion pour donner force juridique au principe d'hospitalité universel et organiser une gouvernance mondiale des mobilités humaines". Un traité "ne sera évidemment pas suffisant (...) mais il peut contribuer à inverser la mouvement de repli sur des sociétés de la peur qui, croyant se protéger, ne font que favoriser la fragmentation du monde", écrit-elle.

Parmi les autres contributeurs, la Mauricienne Ananda Devi, l'historien Patrick Boucheron, l'ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira, ou encore les écrivains Laurent Gaudé, Lola Lafon et Lydie Salvayre. L'ensemble des droits d'auteur de cet ouvrage, rédigé sous la direction de Michel Le Bris, fondateur d'Etonnants Voyageurs, et du Prix Goncourt Patrick Chamoiseau, seront reversés à une association d'aide aux migrants, le Gisti.