Décès du dessinateur et poète ivoirien Frédéric Bruly Bouabré

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox

Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox

Publié le 29/01/2014 à 19H08
Affiche de l'exposition Frédéric Bruly Bouabré à la Galerie T&T, en Gouadeloup du 27 décembre 2013 au 8 février 2014

Affiche de l'exposition Frédéric Bruly Bouabré à la Galerie T&T, en Gouadeloup du 27 décembre 2013 au 8 février 2014

© DR

Le dessinateur et poète ivoirien Frédéric Bruly Bouabré, né au début des années 1920, est mort mardi à Abidjan, a-t-on appris auprès de la galerie Magnin à Paris.

"C'était un personnage de haut savoir, un sage, un pédagogue, un écrivain", a déclaré mercredi à l'AFP André Magnin. Le galeriste  l'avait découvert par hasard en 1988 en Côte d'Ivoire alors qu'il préparait la grande exposition "Les Magiciens de la terre" qui a eu lieu en 1989 au Centre Pompidou. "Ses dessins, d'un format carte postale, m'avaient bouleversé par leur intensité", explique M. Magnin.
Nécrologie de Frédéric Bruly Bouabré sue RTI 1
Né entre 1920 et 1923 près de Daloa (centre-ouest) , Frédéric Bruly Bouabré a vu sa vie basculer en 1948 lorsqu'à la suite d'une "révélation divine", il devient "Cheik Nadro", "celui qui n'oublie pas".
Au début des années 1950, il invente un alphabet pour donner à son peuple Bété une écriture. Ce syllabaire est découvert par Théodore Monod en 1958.
Frédéric Bruly Bouabré voulait consigner tous les savoirs dans ses manuscrits. "Chacun de ses dessins était un relevé, un petit savoir. Il était à l'écoute de tout ce qui se passait: une empreinte, un nuage, un papier apporté par le vent", raconte M. Magnin.
Depuis ses oeuvres ont été exposées dans les grands musées. Il a représenté la Côte d'Ivoire pour sa première participation à la Biennale de Venise en 2013.