Conflit entre Hachette et Amazon aux Etats-Unis : des auteurs se mobilisent

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/08/2014 à 12H37, publié le 08/08/2014 à 18H29
Aux Etats-Unis, Amazon et Hachette mènent depuis plusieurs mois des négociations commerciales tendues.

Aux Etats-Unis, Amazon et Hachette mènent depuis plusieurs mois des négociations commerciales tendues.

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

Depuis plusieurs mois, Amazon fait pression sur la filiale américaine du groupe Hachette pour obtenir des prix plus favorables, notamment pour les livres électroniques, dans le but d'augmenter ses marges. Des auteurs s'engagent aujourd'hui pour que le conflit cesse.

Plus de 900 auteurs ont signé une pétition demandant au distributeur en ligne Amazon de mettre fin à son bras de fer avec la filiale américaine de l'éditeur français Hachette. La lettre ouverte rassemble 909 signatures, dont celles d'auteurs à succès comme John Grisham ou Stephen King. Elle doit faire l'objet d'une publicité en pleine page dimanche dans le New York Times, écrit vendredi 8 août ce quotidien américain.
Reportage: Didier Reutenauer

https://videos.francetv.fr/video/NI_151085@Culture

Réduction des stocks et arrêts des précommandes d'Hachette

Amazon et Hachette mènent depuis plusieurs mois aux Etats-Unis des négociations commerciales tendues. Selon la presse américaine, Amazon souhaite obtenir des prix plus favorables de la part de certains éditeurs, dont Hachette Book Group (HBG), filiale du groupe français Lagardère, afin d'augmenter ses marges, notamment sur le segment des livres électroniques où il est l'un des principaux acteurs grâce à sa liseuse Kindle.

Pour faire pression sur Hachette, le distributeur en ligne a réduit ses stocks en provenance de cet éditeur et arrêté de prendre des précommandes pour les auteurs qu'il édite. Fin juillet, Amazon s'était défendu en se posant en défenseur de prix plus bas pour les livres électroniques, qui, selon lui, "peuvent et doivent être moins chers" car ils ne présentent plus de coûts d'impression, de stockage ni de livraison.

Les auteurs se sentent pris en otage

L'initiative de cette pétition, lancée par Douglas Preston, un auteur américain de romans d'horreur, avait été rendue publique début juillet. Elle avait à l'époque rallié une soixantaine de plumes américaines et britanniques. Les auteurs assurent ne pas prendre parti dans le conflit mais se sentent pris en otage.

"Nous sommes fermement convaincus qu'aucun libraire ne devrait ni empêcher, ni gêner la vente de livres, ni même décourager les clients de commander ou de vouloir recevoir les livres qu'ils désirent", expliquaient-ils début juillet. "Amazon n'a pas le droit d'utiliser un groupe d'auteurs, extérieurs à ce conflit, pour mener des représailles ciblées".