Dans son livre "Qui a tué Eva Freud ?", Isabelle Sieurin enquête sur la mort de la petite-fille du psychanalyste à Nice

Publié le 31/08/2018 à 09H31
Eva et Sigmund Freud

Eva et Sigmund Freud

© France 3 Culturebox capture d'écran

Isabelle Sieurin, enseignante au lycée Calmette de Nice, a retrouvé par hasard la trace d'Eva Freud dans les archives de l'établissement. Elle s'est alors passionnée pour l'histoire de la petite-fille du psychanalyste. Décédée à 20 ans, en temps de guerre, Eva Freud n'a pourtant pas été déportée. Isabelle Sieurin s'est donc muée en enquêtrice pour découvrir ce qui lui était arrivé.

C'est une histoire qui aurait pu à jamais rester dans l'oubli, sans l'opiniâtreté d'Isabelle Sieurin. Cette professeure de philosophie du lycée Calmette de Nice a été intriguée par la présence du nom d'Eva Freud dans les registres de son établissement.

Eva Freud enfant à Nice

Eva Freud enfant à Nice

© France 3 Culturebox capture d'écran

La petite-fille du maître de la psychanalyse est arrivée à Nice au début des années 1930 avec ses parents, qui fuyaient la montée du nazisme. En 1934, elle entre au lycée Calmette.

Eva refuse de quitter Nice sous l'occupation

"Je l’imagine traversant l’avenue Foch pour aller en cours entre 1934 et 1942, un petit cartable d’écolière sur le dos, courant sur les pelouses du jardin des Arènes, déambulant plus tard sur la Promenade avec ses amies du lycée", confie l'auteure.

En 1943, Nice est à son tour occupée. Eva refuse de suivre ses parents et de prendre à nouveau le chemin de l'exil. Elle change d'identité et se cache. Elle décède en novembre 1944. Une mort mystérieuse. Elle ne figure pas dans la liste des jeunes filles juives déportées. 

Reportage : France 3 Côte d'Azur, H. France  / V. Le Roux  / P. Pauron.
"Qui a tué Eva Freud ?" d'Isabelle Sieurin retrace le parcours de la petite-fille de Sigmund Freud à Nice.

J’ai pisté Eva, tiré sur un fil et toute la pelote s’est progressivement dévidée.

Isabelle Sieurin

Un fil de la mémoire qui emmènera Isabelle Sieurin de Nice à Londres, en passant par la bibliothèque du Congrès de Washington.

Une histoire intimement liée à celle de Nice

"J’ai voulu comprendre pourquoi elle a immédiatement suscité en moi une attraction, un désir de connaître sa vie et de transmettre son histoire. Eva Freud est devenue une affaire personnelle. Enquêter sur Eva, c’est aussi parler de Nice, d’une géographie intime : Nice aujourd’hui, hier, connue, mal connue, aimée, détestée…Autrefois et récemment meurtrie. Où je suis née, où je vis. Qu’elle n’a pas voulu quitter et où elle passera la majeure partie de sa courte existence", ajoute l'enseignante dans son ouvrage, dont elle lit un extrait sur la web radio du lycée Calmette (à écouter ci-dessous).
 

Audio file

Isabelle Sieurin lit un extrait de son ouvrage "Qui a tué Eva Freud ? Fragments d'une vie à Nice" sur la webradio du lycée Calmette de Nice.

Un travail pédagogique

Au-delà de ce livre, l'enquête d'Isabelle Sieurin a donné lieu à un travail pédagogique. Les élèves du lycée Calmette ont exploité les photos et la correspondance d'Eva Freud avec une amie juive cachée dans l'arrière-pays niçois pour créer un spectacle de lecture théâtral. 

"Qui a tué Eva Freud ? Fragments d'une vie à Nice" est publié aux Editions Mémoires Millénaires

Eva Freud adolescente

Eva Freud adolescente

© France 3 Culturebox capture d'écran