Métronome : Lorànt Deutsch publie le 5e tome de son histoire de Paris

Mis à jour le 23/01/2018 à 17H49, publié le 17/10/2017 à 17H58
Lorànt Deutsch sort un cinquième tome de sa collection Métronome 

Lorànt Deutsch sort un cinquième tome de sa collection Métronome 

© GINIES/SIPA

Lorànt Deutsch sort un cinquième livre dans sa collection Métronome. Le comédien passionné d'Histoire ne se lasse pas de Paris et de toutes les anecdotes qui ont fondé la capitale. Chaque parution est un succès en librairie. Il faut dire que les ouvrages illustrés sont à la fois ludiques et bien documentés.

Quand on le croise dans les rues de Paris, Lorànt Deutsch a toujours une anecdote à raconter : "Cet orme est magique, confie le comédien à Nicolas Lemarignier, en désignant un arbre parisien. C’est là que les Parisiens, il y a très longtemps, venaient pour régler des affaires, passer des accords, et ils scellaient cet accord sous cet arbre." 

Reportage : N. Lemarignier / T. Breton / P. Aziza / N. Berthelot

https://videos.francetv.fr/video/NI_1100651@Culture

A la recherche du Paris historique

Le comédien est intarissable sur les rues de la capitale. A ses côtés, on se prend rapidement pour un "Indiana Jones" des petites histoires parisiennes. A la recherche de la rue de la Mortellerie dans le quatrième arrondissement, on découvre celle qui s'appelle désormais la rue de l'Hôtel de Ville. Suite à une grosse épidémie de choléra en 1832 qui fait 18 000 morts à Paris dont 304 dans la seule rue de la Mortellerie, celle-ci est débaptisée à cause de son nom aux consonances trop proches de l'hécatombe. La rumeur gronde et la mauvaise blague de l'époque devient : "Cette rue est vraiment mortelle !", rapporte le comédien.

L'Histoire est une belle histoire

Des histoires comme celle-ci, Lorànt Deutsch en raconte depuis huit ans. Il sort un cinquième livre de sa collection Métronome. Le premier s’était vendu à 2 millions d’exemplaires en 2009. Pourrait-il abandonner son métier de comédien pour devenir historien ? "Entre comédien et passionné, conteur comme je le fais dans mes travaux […] c’est la même chose. Je relaye simplement l’envie de faire connaître, de diffuser une belle histoire."