Le Monde fête ses 70 ans avec un livre et un festival

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/09/2014 à 11H35, publié le 18/09/2014 à 11H24
Créé en 1944, le quotidien Le Monde fête cette année ses 70 ans d'existence. L'occasion de regarder le passé tout en préparant l'avenir

Créé en 1944, le quotidien Le Monde fête cette année ses 70 ans d'existence. L'occasion de regarder le passé tout en préparant l'avenir

© IP3 PRESS/MAXPPP

Pour fêter ses 70 ans, Le Monde publie un livre illustré qui raconte les grandes heures du journal, de la IVe République au quinquennat Hollande. L’occasion pour le quotidien de rappeler les mutations d’un journal qui comme ses concurrents doit plus que jamais se diversifier pour survivre. Cet anniversaire a donc été couplé avec la création d’un festival qui devrait perdurer.

Invité du Soir 3, Louis Dreyfus, le président du directoire du Monde, évoque les talents et les changements qui ont émaillé sept décennies d'existence et  21 000 numéros.

https://videos.francetv.fr/video/NI_151997@Culture

Impossible de parler des 70 ans du Monde sans revenir aux origines de sa création dans l’immédiat après-guerre. En septembre 1944, le Général de Gaulle demande à Pierre-Henri Teitgen, son ministre de l’information, de refaire un journal à l’image du Temps, quotidien de référence créé en 1861 dont la publication cessa en novembre 1942 et qui, accusé de collaboration, ne fut pas autorisé à reparaître.

C’est Hubert-Beuve Méry, journaliste et résistant de la première heure, qui est chargé de créer ce nouveau « grand journal » de référence français. " Assurer au lecteur des informations claires, vraies et, dans toute la mesure du possible, rapides, complètes " : c’est l’ambition affichée par Beuve-Méry à la une du premier numéro qui parait le 18 décembre 1944.
Dense et sans illustration, la première une du journal Le Monde, le 18 décembre 1944

Dense et sans illustration, la première une du journal Le Monde, le 18 décembre 1944

© Le Monde
Sept décennies plus tard, Le Monde a connu ses heures de gloires et de crises. La dernière en date est liée à la démission de Natalie Nougayrède de son poste de directrice du Monde le 14 mai dernier. Quelques jours avant, une partie de la rédaction en chef avait elle aussi démissionné. Le mode de gouvernance mais aussi les réformes en cours étaient à l’origine de ce conflit qui a conduit à la nomination de Gilles van Kote comme directeur intérimaire.

Malgré cette crise, 70 ans, ça se fête : après le film ("Les gens du Monde" d'Yves Jeuland, présenté à Cannes et sorti sur les écrans en septembre), le livre (qui paraitra le 24 septembre), il y aura aussi le festival, dont la première édition se tiendra les 20 et 21 septembre.
"Un festival qui a vocation à durer"

C’est Natalie Nougayrède qui avait lancé cette idée d’un festival lié au journal, à l’image de celui qu’organise le New Yorker chaque automne. Le but est bien sûr de diversifier les activités du quotidien. Organisé à Paris, "Le Monde Festival" proposera des rendez-vous payants au Palais Garnier et à l’Opéra Bastille. Au programme : des tables rondes et des débats en journée avec une centaine de personnalités " qui façonnent le monde de demain ". En soirée, le 20 septembre, le metteur en scène Robert Carsen présentera un spectacle inédit sur le thème du futur, à Garnier. Le 23 septembre, un concert rock refermera ce premier Le Monde Festival avec Christine and the Queens et Jean-Louis Murat sur la scène de l’Olympia

" Le Monde, 70 ans d'histoire "ouvrage collectif coordonné par Franck Nouchi (Flammarion), 496 p., 150 photos couleur, fac-similés et dessins de presse, 39,90 €. A paraître le 24 septembre.