"Le Livre des miracles" : merveilleux prodiges enluminés de la Renaissance

Par @Culturebox
Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 01/02/2014 à 09H16
1531 – Guerrier céleste à 'lépée,château et armée dans le ciel de Strasbourg, "Le Livre des Miracles", éditions Taschen

1531 – Guerrier céleste à 'lépée,château et armée dans le ciel de Strasbourg, "Le Livre des Miracles", éditions Taschen

© Taschen

Fac-similé d’un manuscrit allemand, "Le Livre des miracles", édité à Augsbourg vers 1552, répertorie sous la forme de très spectaculaires illustrations colorées tout ce que le monde terrestre a vécu comme manifestations divines ou surnaturelles, de la Genèse à l’apocalypse de Saint-Jean, avec entre les deux les témoignages profanes recueillis par les chroniqueurs de l’Antiquité à la Renaissance.

Selon Joshua P. Waterman, qui introduit l’ouvrage, la compilation écrite et/ou illustrée de récits relatant des signes appréhendés comme divins, ou prophétiques, remonte à l’Antiquité et a perduré au Moyen Age. Ce cursus connût toutefois une réception et un succès particulier autour du milieu du XVIe siècle, date de ce « Livre des miracles » commandé par un mécène resté inconnu. Manuscrit, il est composé de 169 feuillets reproduisant en pleine page les aquarelles ou gouaches exécutées par les enlumineurs, légendées de quelques lignes.
Illustration représentant une comète dans "Le Livre des miracles", éditions Taschen

Illustration représentant une comète dans "Le Livre des miracles", éditions Taschen

© Taschen
L’ouvrage suit une chronologie théologique, commençant par le déluge de la Genèse, suivie d’autres récits de l’Ancien testament (Sodome et Gomorrhe, l’ouverture de la Mer rouge, Jonas et la baleine, diverses visions de prophètes…), pour se clore sur l’Apocalypse de Saint-Jean. Un commencement, une fin, entre lesquels s’intercalent une foule de témoignages relatant des prodiges observés de l’Antiquité à l’époque contemporaine du « Livre des miracles » : phénomènes astronomiques, météorologiques, géologiques, zoologiques, botaniques…
Une bête merveilleuse du "Livre des miracles", éditions Taschen

Une bête merveilleuse du "Livre des miracles", éditions Taschen

© Taschen
Nombre de ces témoignages émanent des textes de Tite Live ou Pline l’ancien, pour les plus reculés, puis des chroniqueurs du Moyen Age. Enfin, si une floraison d’observations date d’une époque contemporaine ou quasi contemporaine à l’ouvrage, celle-ci provient des nombreuse « feuilles volantes », ancêtres de nos journaux contemporains qui foisonnaient à l’époque. Hormis les récits guerriers et la vie des grands du royaume, les événements extraordinaires étaient leur principal fonds de commerce. Une manne pour les auteurs du « Livre des miracles », d’autant que ces feuilles étaient très souvent illustrées d’une gravure sur bois qui pouvaient les inspirer.
Vol de serpents volants dans "Le Livre des miracles", éditions Taschen

Vol de serpents volants dans "Le Livre des miracles", éditions Taschen

© Taschen
Ces prodiges, comme nos contemporaines observations d’OVNI, émanent sans doute d’observations objectives. Ce sont leurs interprétations qui leur donnent tout leur sel : divines, prophétiques pour les plus anciennes, scientifiques pour les plus récentes. « Le Livre des miracles » date de la Réforme luthérienne qui développa, par son discours moraliste,  un fort sentiment eschatologique, propice à la multiplication d’ouvrages annonçant la fin du monde par des signes majoritairement célestes. Mais il apparaît également, comme l’ancêtre prodigieux du célèbre « Livre des damnés » (1919, publié en 1959, 1967 et 1989 en France) de Charles Fort qui recensait des phénomènes tout autant extraordinaires, aux interprétations délirantes, livre aimé des surréalistes.
Observation du soleil et et de trois autres "soleils fantômes", dans "Le livre des miracles", éditions Taschen

Observation du soleil et et de trois autres "soleils fantômes", dans "Le livre des miracles", éditions Taschen

© Taschen
Pluies de sang, de sauterelles, de manne, comètes, éclipses, anneaux solaires et lunaires, réfractions lumineuses, animaux fantastiques… donnent lieu à des illustrations de toute beauté, où les miniaturistes ont développé un art exceptionnel, au carrefour de la transcription « scientifique » des phénomènes, et de la poésie, par un sens de la composition et surtout des couleurs. Dire qu’elles bénéficient d’une qualité de reproduction  remarquable est un euphémisme. L’édition ne l’est pas moins : l’ouvrage est enchâssé dans un coffret entoilé et illustré recto-verso ; à l’intérieur, le fac-similé de l’ouvrage original, relié, est  accompagné d’un livre broché très illustré, avec un historique et les commentaires de spécialistes, ainsi que la traduction des légendes de chaque illustration : une merveille.
La couverture du "Livre des miracles", aux éditions Taschen

La couverture du "Livre des miracles", aux éditions Taschen

© Taschen
Le Livre des miracles
Till-Holger Borchert et Joshua P. Waterman
Relié sous coffret de luxe, avec livret, 32 x 21,5 cm, 560 pages
Trilingue : anglais, allemand, français
Editions Taschen
99,99 Euros