Une BD musicale : "La Fille" de Blain et Carlotti

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/04/2013 à 17H40, publié le 05/04/2013 à 17H38
extrait de la couverture de "La Fille"

extrait de la couverture de "La Fille"

© Christophe Blain / Barbara Carlotti / Gallimard

Il nous a refait aimer les pirates, les cowboys, la cuisine, la politique. Cette fois, Il nous fait le coup avec les filles. Oui, on les a toujours aimées mais celle de Christophe Blain a tout pour elle. Magnétique, insaisissable, fatale dans un road-movie qui se regarde avec délectation et qui s’écoute.

Poursuivant ses expérimentations du 9e art, Blain signe La Fille (Gallimard), une BD musicale avec sa complice Barbara Carlotti. 
La Fille et la moto

Une chevelure rouge qui fend l’air. Personne ne sait d’où elle vient, comment elle s’appelle ni où elle va au guidon de sa moto anglaise survitaminée. Aussi belle et éclatante que ses chromes, la fille se mêle à une horde de motardes, des Hell’s Angels au féminin, qui passent leur journée à casser du cowboy les seins nus. Pas trop son trip à la fille d’autant qu’elle tombe sous le charme d’un mini cowboy à moustache (très belle la moustache) qui grandit après chaque nuit d’amour avec elle. La passion les pousse à fuir mais les la Horde les pourchasse. Dans la lutte, le couple est séparé. Un crève-cœur pour le cowboy, condamné à errer avec le souvenir de sa belle.

« Enfant, j’étais un cowboy, un shérif, un outlaw »

Après l’univers plus confiné des palais de l’Etat, Christophe Blain a ouvert en grand ses poumons et son imaginaire. Un retour en enfance où le petit garçon qu’il était se lançait dans des grandes chevauchées à la John Wayne, des parties de gâchettes avec Clint Eastwood ou des virées aux côtés de Steeve McQueen. « Lorsque j’étais enfant, j’étais un cowboy, un shérif, un outlaw, raconte-t-il. Lorsque je n’étais pas à cheval, j’étais assis dans mon pick-up, au volant de ma Ford Mustang, à fond dans ma Corvette, à moins que ce ne soit sur ma Harley. J’ai trouvé dans cette imagerie mon refuge le plus sûr. Rien que de voir la photo d’une route dans un désert californien, je me sens immédiatement heureux et apaisé. » Moins nerveux que sa série Gus mais tout aussi loufoque, La Fille emprunte les grands espaces américains pour un road-movie déjanté. Cette histoire est une sorte de prolongation d’une histoire courte parue chez Pilote. « Pour écrire ce conte, je suis parti d’une histoire de huit pages que j’avais faite pour le magazine Pilote, en hommage à Pravda la Survireuse de Peelaert et Thomas. L’hommage s’est transformé en un récit plus personnel. » Blain aime les histoires d’amour un peu tordues. Dans "La Fille", il persiste et signe. Moustache est pris au piège d’un amour fort et destructeur. On plonge avec lui en espérant jusqu’au bout des retrouvailles.
Une planche de "La fille" © Christophe Blain / Barbara Carlotti / Gallimard
Le cowboy et la chanteuse

En lisant un livre, l’imaginaire fonctionne à plein régime. On pense à des voix, des attitudes, des musiques. Blain a comblé le vide de ceux qui ne pensent plus avec un vrai livre-disque lu et chanté. « J’adore qu’on me raconte des histoires, avoue-t-il. Qu’on me les lise. » Pour réaliser cet exploit et surtout qu’il fonctionne, l’auteur primé à Angoulême cette année pour son tome 2 de Quay d’Orsay (Dargaud), a travaillé avec Barbara Carlotti dont il est tombé fan il y a quatre ans. Rencontrés grâce à un ami commun, ils ont décidé de collaborer ensemble sur ce projet de BD musicale. « Nous avons construit le conte en flux tendu, j’apportais le texte, Barbara m’enregistrait en train de lire à haute voix, puis elle enregistrait le texte, raconte Blain. Elle commençait à y ajouter les chansons, je lui montrais des planches, ça lui donnait de nouvelles idées de musique. » Le son, notamment celui des doux cylindres,  a aussi été très travaillé comme une vraie BO. Le résultat est probant et nous plonge dans une ambiance de chevauchée dans le grand ouest. Le rythme est là et les voix de Carlotti, Arthur H et Blutch font le reste. « Ce livre-disque est un paradis perdu, il mêle les fantasmes de lieux et d’époque que nous avons sans doute tous bien connus, mais qui n’ont jamais existé. C’est un livre joyeux, loufoque, sur la nostalgie et la mélancolie. » Une ode à l’aventure rêvée.

La Fille par Christophe Blain et Barbara Carlotti (Editions Gallimard) - 29,90 euros