Richard Corben, maître de l'horreur et du fantasy, Grand Prix du Festival d'Angoulême 2018

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/01/2018 à 11H04, publié le 24/01/2018 à 19H14
Richard Corben, Grand Prix d'Angoulême 2018

Richard Corben, Grand Prix d'Angoulême 2018

© Dona corben

L'américain Richard Corben, 78 ans, icône de la contre-culture et de la science fiction en bande-dessinée remporte le Grand Prix d'Angoulême, succédant ainsi à Bernard Cosey. Il est notamment connu du public français pour sa collaboration à Métal Hurlant. Emmanuel Guibert, lui aussi sélectionné pour le Grand Prix, considérait qu'il était cette année le plus légitime pour cette récompense.

Un style unique en 3D

Que retenir de Richard Corben ? Ses débuts underground dans les années 60, l'invention d'un style unique en trois dimensions, son succès rapide en Europe, ses personnages (Den, Bloodstar, Vic et Blood), ses œuvres dans la BD d'horreur, SF, Fantasy, ses collaborations avec Warren, puis Marvel et DC…

Etranges créatures

Ses planches sont peuplées de biens étranges créatures. Zombies, gladiateurs bodybuildés, monstres et diables, tout le bestiaire de l’heroic fantasy. Au point que Richard Corben a été surnommé le Maître de l'horreur. 
Corben © Richard Corben

Richard Corben naît en 1940 à Anderson, dans le Missouri. Après des études d’art, il se tourne d'abord vers des films d'animation avant d’entrer chez Warren Publishing où son talent va exploser dans les années 70 en illustrant des histoires d’horreur et de science-fiction devenues cultes, publiées dans les célèbres magazines Creepy, Eerie et Vampirella de l’éditeur Jim Warren…

Les années Métal Hurlant

En France, c'est en 1975 que Corben débarque dans les pages de Métal hurlant dont il deviendra l’un des auteurs emblématiques, aux côtés de Druillet ou Moebius ou Spécial USA. Son oeuvre la plus connue est celle de Den, jeune garçon malingre devenant un guerrier déchaîné dans un monde parallèle, très référentiel à l'univers de John Carter de William S. Burroughs et de Howard Phillips Lovecraft.
 
Nourri de fantastique et de science-fiction, il poursuivra une carrière d’auteur indépendant, riche en œuvres devenues des classiques de la BD (Den, Vic & Blood, Mondes Mutants…) et aura son propre comic book.

Depuis le début des années 2000, il collaborait régulièrement avec les acteurs majeurs de l’industrie de la BD US : DC/Vertigo, Marvel ou Dark Horse.

Surprise

Une nouvelle fois, les électeurs du Grand Prix ont déjoué les pronostics. On attendait plutôt pour la récompense suprême l'américain Chris Ware, auteur de Jimmy Corrigan, ou encore le surdoué Emmanuel Guibert, créateur des sensationnels La Guerre d'Alan, Le Photographe ou encore Ariol.