Mort de René Pétillon : hommages au satiriste et au génial créateur des BD de Jack Palmer

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/10/2018 à 12H59, publié le 30/09/2018 à 12H57
René Pétillon en 2013

René Pétillon en 2013

© FRED TANNEAU / AFP

L’auteur de bandes dessinées et dessinateur de presse René Pétillon est mort dimanche 30 septembre à l’âge de 72 ans, a annoncé la maison d’édition Dargaud. Satiriste pour de nombreux journaux avant de s'installer longtemps au Canard enchaîné, Pétillon avait créé en 1974 Jack Palmer, un calamiteux détective, personnage central de plusieurs albums, dont le plus célèbre est "L'enquête corse".

"La tristesse et la douleur de voir disparaître un ami cher ne nous font pas oublier le talent hors du commun de ce dessinateur à l’humour irrésistible et à l’élégance rare" dit le communiqué publié par les éditions Dargaud.

Du dessin de presse à Jack Palmer

Né en 1945 en Bretagne, René Pétillon s'oriente très vite vers le dessin pour devenir d'abord dessinateur de presse. Autodidacte, il publie ses premiers croquis à 23 ans en 1968 dans Planète et l’Enragé, avant de collaborer à Vingt Ans, Penthouse ou Plexus.

Beaucoup plus tard, en 1993, Pétillon commence une collaboration avec le Canard enchaîné où il devient l'un des dessinateurs français les plus connus dans le domaine de la satire politique, jusqu'à son arrêt en 2017. En 2002, Pétillon reçoit le Grand Prix de l'humour vache au Salon international du dessin de presse et d'humour de Saint-Just-le-Martel. 
La BD alors ? C'est Goscinny, le père d'Astérix, qui lui permet de publier ses premières planches de bande dessinée acceptant dans les colonnes de Pilote en 1972 un court récit de Pétillon, "Voir Naples et mourir". Peu de temps après, en 1974, il crée le personnage de Jack Palmer au gros nez et à l'imper trop grand, un calamiteux détective privé particulièrement dynamique, imaginé à partir de trois figures de référence mélangées : les Marx Brothers, la revue Mad et Humphrey Bogart dans le "Grand Sommeil". Palmer devient son personnage fétiche, dont la célébrité vient surtout à partir de 2000.

La célébrité avec "L'enquête corse"

René Pétillon était déjà très reconnu, lauréat notamment du grand prix de la ville d’Angoulême en 1989, mais l'une de ses aventures, "L'enquête corse", va changer radicalement la donne.
"L'enquête corse" de Pétillon © Albin Michel
Prix du meilleur album au festival d'Angoulême en 2001, la BD a été adaptée au cinéma en 2004 par Alain Berberian trois ans plus tard, avec les acteurs Christian Clavier dans le rôle de Palmer et Jean Reno.

"Le succès de cet album m'a abasourdi", racontait Pétillon à l'AFP en 2013, encore surpris d'avoir été fait citoyen d'honneur de la ville de Bastia grâce à cet ouvrage. "Enquête au Paradis" est pré-publié au Canard enchaîné avant de sortir en album chez Dargaud. Il assurait s'être "régalé" en écrivant les aventures de Palmer sur l'île de Beauté, lui qui utilisait beaucoup "la mauvaise foi" comme ressort comique de ses dessins. 
 
La dernière aventure de Palmer, "Palmer en Bretagne", est parue en 2013.
"Super catho" Cestac-Pétillon © Dargaud
En 2003, il confie à Florence Cestac la mise en images de son premier album autobiographique, "Super Catho", récit hilarant d’une enfance en terre bretonne et catholique dans les années 50.

Les hommages à Pétillon

Depuis l'annonce de sa mort, les réactions se sont multipliées sur la toile et sur les réseaux. Pour Riad Sattouf, il était "génial, modeste, drôle, lucide, ultra beau".
"Des Disparus d'Apostrophes à L'Enquête corse, son humour était inventif, percutant, poétiquement moqueur, et d'une enchanteuse drôlerie", pour Bernard Pivot.

Pour Pierre Lescure Pétillon était "l’un des plus grands dessinateurs éditorialistes qui soient.