Le prix Landerneau BD distingue "L'âge d'or", fable politique et saga médiévale

Mis à jour le 28/11/2018 à 14H32, publié le 28/11/2018 à 13H30
La première de couverture de "L'âge d'or"

La première de couverture de "L'âge d'or"

© Dupuis / Aire Libre

Le dessinateur Cyril Pedrosa et sa compagne et co-scénariste Roxanne Moreil ont reçu mardi le prix Landerneau BD pour "L'âge d'or" (Dupuis/Aire Libre), un roman graphique tout à la fois saga médiévale et fable politique sur l'utopie.

"L'âge d'or, c'est la mémoire des combats des hommes pour leur émancipation", expliquait récemment le dessinateur âgé de 46 ans à un journaliste de l'AFP. Publié en septembre chez Dupuis, l'album est en lice pour le grand prix de la critique ACBD (Association des critiques de BD) qui sera décerné le 10 décembre.

Ça débute comme un épisode de "Game of Thrones"

Ce beau roman graphgique est le premier volet d'une série de deux volumes, qui devraient avoisiner les 500 pages au total. "L'âge d'or", ouvrage époustouflant de maîtrise, commence comme un épisode de "Game of Thrones".

Au royaume de Lantrevers, la faim et la souffrance sont le lot du plus grand nombre. Le roi Rohan vit ses dernières heures. Sa fille aînée Tilda, qui rêve de rétablir la justice dans le royaume, s'apprête à lui succéder mais est victime d'un complot ourdi par sa mère et l'infâme éminence grise Loys de Vaudemont. Elle doit fuir accompagnée par Tankred, un seigneur placide et costaud et du jeune Bertil, un homme sans biens ni titres.

L'improbable trio en fuite trouvera refuge dans un phalanstère féminin et féministe puis chez un vieux seigneur aveugle, fidèle de l'ancien roi. Le vieil homme leur confie un secret sur un mystérieux trésor caché dans un ancien tombeau.

"Notre Moyen-Âge est complètement fantasmé"

Parallèlement, le récit est parcouru d'une légende sur un certain "âge d'or" où les hommes vivaient libres et égaux. Un révolutionnaire, Hellier, que nous avions croisé déguisé en femme dans le phalanstère, prône la révolte pour retrouver cet âge d'or... Mais Tilda est-elle prête à renoncer à ses privilèges ? Le dessinateur reconnaît s'être inspiré "des fresques et des tapisseries médiévales" même si, tempère sa compagne, "notre Moyen-Âge est complètement fantasmé".

Cyril Pedrosa présente sa façon de réaliser les planches de "L'âge d'or" (juillet 2018)
Vidéo : éditions Dupuis
Certaines doubles pages font penser à des tableaux de Brueghel à cause de leurs détails. Cyril Pedrosa joue avec les transparences superposant plusieurs dessins. La narration se passe parfois de mots. Comme dans certains retables où le même personnage apparaît sur différents plans, les personnages de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil se déplacent à l'intérieur d'une même case donnant ainsi au récit une extraordinaire impression de fluidité.

Neuf autres albums étaient en lice pour ce prix très convoité

Neuf autres albums étaient en lice pour le prix Landerneau BD des espaces culturels E.Leclerc, un des plus convoités dans le monde de la bande dessinée. Le prix est doté de 6.000 euros et l'ouvrage des lauréats bénéficie d'une campagne de publicité dans la presse et d'une mise en avant dans le réseau des espaces culturels E. Leclerc.

L'an dernier, le prix avait été attribué à Philippe Valette pour "Jean Doux et le mystère de la disquette molle" (Delcourt).