Le 38e Astérix sortira le 24 octobre, il se déroulera au village, ses auteurs n'en disent pas plus

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 07/01/2019 à 11H40, publié le 06/01/2019 à 11H05
Didier Conrad et Jean-Yves Ferri entre Astérix et Obélix lors de la sortie de l'album "La Transitalique" à Paris le 9 octobre 2017

Didier Conrad et Jean-Yves Ferri entre Astérix et Obélix lors de la sortie de l'album "La Transitalique" à Paris le 9 octobre 2017

© Bertrand Guay / AFP

Le 38e album d'Astérix paraîtra le 24 octobre, ont annoncé le dessinateur Didier Conrad et le scénariste Jean-Yves Ferri au Journal du dimanche. Sans vouloir en révéler davantage, ils ont indiqué que l'histoire se déroulait "au village".

Le célèbre Gaulois a été imaginé il y a soixante ans par René Goscinny, décédé en 1977, et Albert Uderzo qui a confié la suite des aventures d'Astérix en 2013 à Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, tout en gardant un oeil sur leur travail.
 
Il s'agira du quatrième album d'Astérix réalisé par ce nouveau duo.
 
"L'album doit être fini le 6 juin pour être imprimé à plus de 5 millions d'exemplaires ! On a pratiquement terminé les crayonnés, la partie créative, il ne reste que quelques corrections dans le texte, de petites retouches dans les dessins", indique Didier Conrad au Journal du Dimanche.

Un album "au village"

"Après 'La Transitalique', qui faisait voyager Astérix et Obélix à travers l'Italie, nous restons au village" avec ce nouvel album, ajoute-t-il sans vouloir en dire trop. "Quand on reste au village, il faut creuser un thème de société, jouer sur la psychologie des personnages...", souligne Jean-Yves Ferri.
 
La première case du futur album, dévoilée dans le JDD, n'en dit pas beaucoup plus : "On a rarement débuté un 'Astérix' par une case aussi mystérieuse. On est au crépuscule devant la hutte du chef. On voit trois visiteurs énigmatiques. En regardant bien, vous pouvez déjà déduire des choses… Retenez que quelqu'un de très important arrive au village", décrit Jean-Yves Ferri.

Un secret bien gardé

"Nous avons souhaité prendre pour point de départ le fameux 'nos ancêtres les Gaulois'. Sauf que bien sûr, on ne sait pas trop qui sont leurs ancêtres !", relève Didier Conrad.
 
Il souligne qu'Albert Uderzo, 91 ans, "relit et nous fait part de ses remarques". "Il voit tout, c'est vrai dans l'absolu, mais cela ne veut pas dire qu'il nous fait des remarques précises sur chaque point. Il est en confiance", assure Jean-Yves Ferri. 
 
Moins de dix personnes sont dans le secret et "tout ce qui est définitif est envoyé de manière cryptée", pour éviter les piratages informatiques, raconte ce dernier.