Japan Expo : François Baranger, l’illustrateur qui a répondu à "L’Appel de Cthulhu" de Lovecraft

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/07/2018 à 16H47, publié le 06/07/2018 à 16H22
"L'Appel de Cthulhu", dessin de François Baranger 

"L'Appel de Cthulhu", dessin de François Baranger 

© France 3/ Culturebox/ Dessin de François Baranger

La 19e édition de Japan Expo, le plus important festival européen dédié à la culture et aux loisirs japonais, ouvre au Parc des expositions de Villepinte du 5 au 8 juillet 2018. François Baranger, illustrateur et écrivain, est invité pour la première fois pour présenter sa version illustrée de "L'Appel de Cthlhu", la nouvelle fantastique de l'écrivain américain Lovecraft.

Quel est le point commun entre Dragon Ball Z, Goldorak et Cthulhu ? Ils seront tous à Japan Expo ce week-end ! L’événement célèbre la culture japonaise et tout ce qui l’entoure, avec des stands consacrés aux mangas, comics, jeux vidéo…

Reportage O.Badin, G.Bezou, W.Sabas pour France 3 Ile-de-France

https://videos.francetv.fr/video/NI_1262373@Culture

Cthulhu, dieu cosmique caché dans les profondeurs marines, a été imaginé par H.P Lovecraft, auteur de fantasy des années 20. "L’Appel de Cthulhu" est une nouvelle fantastique sortie en 1927 qui a donné naissance au jeu de rôle du même nom dans les années 80. François Baranger a découvert l’univers de Lovecraft  grâce à ce jeu. Fasciné par ce monde imaginaire et par cette ambiance mystérieuse, il sort en 2017 une version illustrée de "L’Appel de Cthulhu".
Le réveil de Cthulhu, dessin de François Baranger 

Le réveil de Cthulhu, dessin de François Baranger 

© France 3/ Culturebox/ Dessin de François Baranger

Pour la première fois à Japan Expo

Japan Expo est le rendez-vous de la pop culture qui regroupe mangas, comics, jeu vidéo, musique pointue. François Baranger est invité pour la première fois pour présenter son album "L'Appel de Cthulhu". Avec son métier d’illustrateur pour les jeux vidéo et le cinéma, il a vu l’évolution de la pop culture dans la société. Il confie : "Il y a trente ans de ça, c’était une culture un peu louche". Aujourd’hui on assiste à la tendance inverse, avec plus de gens qui se l’approprient.