"Hallali" de Claire Malarygrand, grand prix Artémisia de la BD féminine

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Publié le 09/01/2019 à 10H02
"Hallali" (L'oeuf), Claire Malary (détail)

"Hallali" (L'oeuf), Claire Malary (détail)

L'illustratrice Claire Malary a reçu mercredi le grand prix Artémisia de la bande dessinée féminine pour "Hallali" (L'Oeuf), un roman graphique sans parole mettant en scène deux histoires qui finiront par fusionner.

Un homme fuit une meute de loups. Une jeune femme fuit deux agresseurs. Deux chasses à l'humain qui se croisent. Deux techniques de dessin qui se croisent puis se mélangent: encre et noir et blanc pour la première histoire, aquarelles aux teintes froides pour la seconde. Le jury a salué "un récit silencieux aussi puissant que captivant" et d'"une exigence esthétique rare dans la BD".
Couverture de "Hallali" de Claire Malary (L'Oeuf)

Sept prix

Au total sept prix ont été décernés par le jury Artémisia.

La dessinatrice Mélaka a reçu le prix Artémisia du témoignage pour son album "Sous les bouclettes" (Delcourt), roman graphique poignant qui raconte la fin de vie de sa mère, auteure pour la jeunesse connue sous le nom de "Gudule".

Le prix Artémisia "René Dumont" a été décerné à l'ancienne illustratrice de Charlie Hebdo Catherine Meurisse pour son album à la fois poétique, vivifiant et politique "Les grands espaces" (Dargaud). Ce titre est également en lice pour le Fauve d'Or du meilleur album BD du Festival d'Angoulême (24-27 janvier).

Le prix Artémisia Mémoire a été attribué à l'auteure finlandaise Hanneriina Moisseinen pour son album "La terre perdue" (Acte Sud, l'An 2) qui revient sur un épisode de la Seconde guerre mondiale dans un étonnant mélange de dessins et de photos.

Le jury a décerné son prix du combat féministe à l'artiste britannique Una pour son album "L'une d'elles" (çà et là), un puissant plaidoyer contre les violences faites aux femmes.
Couverture "L'une d'elles", Una (Editions Ça & là)
Enfin, le prix Artémisia du dessin a été attribué à deux auteures ex-aequo: la Suédoise Linnea Sterte pour "In-Humus" (éditions de la Cerise), album aux frontières de la science-fiction et de la philosophie et la Canadienne Nina Bunjevac pour "Bezimena" (Ici même), un conte noir pour adultes, également en lice pour le Fauve d'Or du festival d'Angoulême.

Co-fondée en 2007 par la dessinatrice et scénariste Chantal Montellier et Jeanne Puchol, l'association Artémisia distingue tous les 9 janvier, jour anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir, un album scénarisé et/ou dessiné par une ou plusieurs femmes. Les différents prix seront remis lors d'une cérémonie à Paris le 15 janvier.