"Le sang des cerises" de François Bourgeon : la Commune de Paris héroïne du dernier tome des "Passagers du vent"

Par Marc Taubert, Paul Satis @Culturebox
Mis à jour le 11/10/2018 à 10H54, publié le 11/10/2018 à 10H47
François Bourgeon dans son bureau à Quimper

François Bourgeon dans son bureau à Quimper

© France 3 / Culturebox

Huit ans après son dernier opus, François Bourgeon publie un nouvel épisode des "Passagers du vent". Avec "Le sang des cerises" (Editions Delcourt), le dessinateur, passionné d'histoire, nous plonge cette fois dans les tourments de la Commune, au cœur de Montmartre.

Depuis 40 ans, "Les Passagers du vent" ont sillonné les mers et traversé les océans. Mais pour le nouvel album de sa saga à succès, François Bourgeon fait escale loin des embruns, à Paris, sur la butte Montmartre.

"J'avais envie de retrouver le Paris que j'aime et celui que j'aime, c'est l'ancien Paris, ce petit quartier de Montmartre où l'on retrouve un peu l'ancien village de Montmartre. J'avais envie aussi de retrouver cette langue, cet argot parisien et de faire vivre mes personnages à une époque particulière", raconte l'auteur.

Reportage France 3 Paris Île-de-France : P. Satis / S. Soviller / C. Louet / P. Quiers / J. Antignac

Des dizaines de milliers de personnes fusillées

Cette époque, c'est la fin du XIXe siècle. François Bourgeon raconte l'histoire de deux femmes dans un Montmartre marqué par le sang et la révolte, le sang de la Commune de Paris.

"On est en face d'une omerta. cela n'est plus du tout enseigné. La IIIe République est quand même née les deux pieds dans le sang. J'ai travaillé pendant plusieurs années là-dessus, et j'ai découvert qu'on avait quand même fusillé entre 20 et 30 000 personnes", explique François Bourgeon.

Hyper-réalisme

Auteur de bande dessinée mais presque historien, il connaît chaque pavé de la rue Saint-Vincent. Pour son ouvrage, il a accumulé une documentation gigantesque sur le Montmartre de l'époque. Et pour comprendre l'ampleur de son travail, il faut quitter Paris et se rendre en Bretagne où il vit.

Dans son atelier près de Quimper, on retrouve une maquette du quartier de Montmartre qu'il a patiemment construite pendant deux mois. "Pour la faire, je suis parti de plans actuels et de l'époque, de vues satellites. J'ai essayé de retrouver un maximum de photos et de bien les dater."
François Bourgeon derrière une de ses maquettes 2

© France 3 / Culturebox
Le résultat de ce perfectionnisme est maintenant en librairie. François Bourgeon s'est remis à sa table de travail pour dessiner la suite. L'ultime aventure de ses "Passagers du vent", prêts à reprendre le large.

"Le sang des cerises" de François Bourgeon aux éditions Delcourt