Timothé Le Boucher reçoit le prix des libraires de BD pour "Ces jours qui disparaissent"

Publié le 26/01/2018 à 13H20
La couverture de "Ces jours qui disparaissent" (Glénat), de Timothé Le Boucher, prix des libraires de BD

La couverture de "Ces jours qui disparaissent" (Glénat), de Timothé Le Boucher, prix des libraires de BD

© Timothé Le Boucher / Glénat

Le prix des libraires de BD a été attribué en marge du festival de la BD d'Angoulême au dessinateur Timothé Le Boucher pour son album "Ces jours qui disparaissent" (Glénat), un récit fantastique et glaçant d'un jeune homme dont la vie est peu à peu grignotée par "un autre".

Chaque matin, Lubin, un garçon d'une vingtaine d'années, s'aperçoit à son réveil qu'un jour entier vient de s'écouler. Pendant ses "absences" une personnalité différente, un autre lui-même, prend possession de son corps. Petit à petit, cet "autre" prend le dessus sur Lubin. Le jeune homme est-il condamné à disparaître ?
 
"Ces jours qui disparaissent" est le troisième album de Timothé Le Boucher, auteur âgé de 29 ans, et ancien élève de l'Ecole européenne supérieure de l'image d'Angoulême.
 
C'est Fabcaro qui avait été récompensé l'an dernier pour  "Zaï zaï zaï zaï" (Six pieds sous terre).

Timothé Le Boucher aussi nommé pour le Fauve d'or

D'ici la fin du festival d'Angoulême, Timothé Le Boucher pourrait être de nouveau remarqué. Il compte parmi les dix finalistes du Fauve d'or du meilleur album de l'année qui sera décerné samedi à Angoulême.
 
Le nom d'un des lauréats de cette cérémonie a déjà été dévoilé. Il s'agit en l'occurrence de deux lauréates : Claire Fauvel (dessin) et Julia Billet (scénario) qui ont reçu le prix Jeunesse du festival d'Angoulême pour "La guerre des Catherine" (Rue de Sèvres), l'histoire d'une adolescente juive pendant la Seconde guerre mondiale.
 
L'album avait déjà reçu au début de l'année le prix Artémisia de la fiction historique.