Festival Off d'Angoulême : l'Iranien en exil Kianoush prix du courage artistique

Par @Culturebox
Publié le 27/01/2018 à 15H58
Le dessinateur iranien en exil Kianoush, récompensé du prix du "Courage artistique" au festival off de la BD d'Angoulême 2018.

Le dessinateur iranien en exil Kianoush, récompensé du prix du "Courage artistique" au festival off de la BD d'Angoulême 2018.

© Marc Olivier / Photo PQR Ouest-France /MaxPPP

Kianoush, dessinateur et militant iranien en exil en France, a reçu samedi le "Prix Couilles au cul" du festival off de la bande dessinée d'Angoulême. Ce prix lui a été attribué pour son courage artistique.

Courage face aux mollahs

Les organisateurs de ce prix ont salué le "courage et la persévérance de Kianoush face à la république des mollahs peu encline à l'autodérision".

Créé par le rédacteur en chef de Fluide Glacial, Yan Lindingre, le prix Couilles au cul récompense "un artiste à la fois talentueux et courageux, qui doit se battre pour continuer de publier". "En recevant ce prix, le lauréat qui subit des menaces dans son pays s'assure de soutiens de part le monde et s'ouvre des opportunités professionnelles", a expliqué Yan Lindingre.

Kianoush attaché à la liberté d'expression

"Je crois à la liberté d'expression totale. Sans limite. Sans exception. On peut tout dessiner. On a le droit de tout dire, de provoquer, voire d'insulter. Et si quelqu'un se sent blessé, il peut saisir la justice. C'est le fonctionnement normal de la démocratie", a expliqué le lauréat présent à la cérémonie.

"Quand je vois des Européens qui vivent librement, qui ne savent pas ce que c'est que de vivre dans une dictature et qui critiquent la liberté d'expression, je les invite à émigrer en Iran et à y vivre pendant dix ans. On verra après ce qu'ils diront de la liberté... Le dessinateur de presse est un militant qui défend la liberté d'expression", a-t-il insisté.

Réfugié en France depuis 2009

Né en 1973, Kianoush a été contraint de quitter l'Iran pour la France en décembre 2009 après avoir apporté son soutien artistique et politique au mouvement vert iranien qui dénonçait la fraude électorale des partisans de l'ancien président Mahmoud Ahmadinejad.

Réfugié politique à Paris, ses caricatures continuent d'être publiées dans la presse notamment le Guardian.

Le dessinateur a fondé en 2015 l'association internationale United Sketches qui milite pour la liberté d'expression et apporte son soutien aux caricaturistes en exil.

Kianoush est le troisième lauréat du prix "Couilles au Cul" après la Tunisienne Nadia Khiari, auteure notamment des aventures du chat "Willis from Tunis" (2016) et, l'an dernier, la dessinatrice féministe turque Ramize Erer.