Angoulême : une exposition pour célébrer les 70 ans d'Alix

Mis à jour le 31/01/2018 à 14H59, publié le 31/01/2018 à 14H16
Alix, le héros fête ses 70 ans à Angoulême

Alix, le héros fête ses 70 ans à Angoulême

© Jacques Martin - Casterman

La 45e édition du Festival International de la bande dessinée d'Angoulême est terminée, mais certaines expositions sont toujours visibles. C'est le cas de celle consacrée à Alix, le célèbre héros de Jacques Martin, qui fête ses 70 ans. Une rétrospective présentée jusqu'au 13 mai à la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image.

Héros légendaire qui a fait les beaux jours du journal Tintin pendant 40 ans, Alix a les honneurs d'une rétrospective à la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image. L'exposition se concentre sur 40 ans de création, de 1948 à 1988, lorsque Jacques Martin écrivait et dessinait seul la série. Un retour en enfance pour les visiteurs. 

Reportage : France 3 Poitou-Charentes / J. Deboeuf / C. Guinot / J. Russeil

https://videos.francetv.fr/video/NI_1175145@Culture

Alix fait partie de ses héros de la bande dessinée franco-belge qui ont marqué des générations de lecteurs. Il est né en 1948 de l'imagination de Jacques Martin (1921- 2010) et a été publié pendant de nombreuses années dans le journal "Tintin". Jacques Martin travaille alors auprès d'auteurs qui sont déjà des légendes, comme Hergé ou E. P. Jacobs, père de "Blake et Mortimer". Mais son héros atypique, un jeune esclave gaulois qui devient le fils adoptif d'une riche famille romaine, s'affranchit rapidement des codes de l'époque. "Il n'y a pas de bons ou mauvais personnages dans Alix", explique le commissaire de l'exposition Romain Brethes. "Il y a des choix à faire et Alix va le découvrir, notamment en s'affrontant à César. ET il échouera parfois. Ce qui est nouveau dans la BD franco-belge". 

150 planches originales 

A travers de nombreux documents et environ 150 planches originales, l'exposition revient sur l'épopée d'Alix. Elle se concentre sur les 40 années, de 1948 à 1988, où Jacques Martin travaillera seul sur la série. Une longévité marquée aussi par des changements dans la société. "Après mai 68, Alix devient une série plus adulte" explique l'autre commissaire de l'exposition Gaëtan Akyüz . "Il y a un moment de rupture, c'est cet album "Iorix le Grand", où une jeune femme est dénudée. C'était très dissonant par rapport au débuts plus classiques, plus marqués jeunesse de la série".