"Le Tome 47", une nouvelle librairie spécialisée BD de l'autre côté du périphérique

@Culturebox

Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox

Mis à jour le 27/04/2013 à 09H50, publié le 27/04/2013 à 09H40
Laurent Bailly et Grégoire Orsingher se lancent dans l'aventure d'une librairie indépendante à Vitry-sur-Seine

Laurent Bailly et Grégoire Orsingher se lancent dans l'aventure d'une librairie indépendante à Vitry-sur-Seine

A l'heure où les librairies tirent la langue ou ferment définitivement le rideau, deux passionnés ouvrent à Vitry-sur-Seine, en banlieue parisienne "Le Tome 47", une librairie indépendante spécialisée BD, Jeunesse et Beaux Livres.

Vitry-sur-Seine, 9 heures, derniers préparatifs avant l'ouverture, Le Tome 47 ouvre ses portes ce matin sous un soleil radieux, comme le sourire qui éclaire les visages fatigués mais heureux de Grégoire Orsingher et Laurent Bailly, les deux équipiers de cette belle aventure.

Le Tome 47 est une librairie 100% indépendante, qui propose de la BD, des livres pour la jeunesse et des Beaux Livres. "Ca faisait 10 ans qu'on en rêvait", confie Grégoire Orsingher. Il ajoute, un peu fébrile, qu'il a l'impression de tout recommencer à Zéro. A  35 ans, il a pourtant déjà  une bonne expérience de la librairie BD derrière lui : il a travaillé longtemps pour l'une des plus anciennes librairies BD de France, (Impressions, à Enghien) et a ensuite développé le domaine BD et Beaux livres dans une librairie généraliste du XIVe arrondissement de Paris (Tropiques).

Une stratégie 100 % indépendante

Cet amoureux des livres rêve d'un lieu où l'on défend les auteurs, les titres et les contenus. "J'en avais marre de ces librairies "pousse bouquins" où on ne met en avant que les nouveautés (ce qu'on appelle les "offices" dans le jargon des distributeurs). Les distributeurs connaissent pas les livres, ils raisonnent en termes de palettes, ne s'intéressent qu'aux ventes, ça met la pression au libraire, qui doit négocier les remises".
De la BD, des beaux livres, des classiques, des livres plus rares et des curiosités sont proposés au Tome 47

De la BD, des beaux livres, des classiques, des livres plus rares et des curiosités sont proposés au Tome 47

© Laurence Houot / Culturebox
Grégoire Orsingher a d'abord cherché un local à Paris, mais les loyers sont chers et la concurrence féroce. Il a élargi ses investigations de l'autre côté du périphérique et a fini par trouver ce lieu, "idéal" selon lui, à Vitry-sur-Seine (Val de Marne). Il monte une SCI familiale pour acheter les murs et se lance dans l'aventure avec Laurent Bailly, un illustrateur et auteur vitriot.

Dans cette entreprise, ils n'ont reçu aucune aide, et n'ont même pas été suivis par les banques. "C'est pas grave. On s'est débrouillés. Et au moins là on est contraints par rien. On est maîtres de ce qu'on veut faire dans notre librairie", se félicite Grégoire Orsingher. "On ne dépend de personne. C'est nous qui choisissons notre stock. Nous ce qu'on veut, c'est défendre des auteurs, des titres. Alors on a fait le choix de faire moitié nouveautés, moitié fonds (dans les librairies c'est plutôt 80% de nouveautés). Et surtout, si on défend un auteur, on veut pouvoir montrer la genèse de son travail, donc on propose plusieurs de ses ouvrages. On veut de la diversité. Par contre, on n'a qu'un seul exemplaire de chaque livre en librairie, pour alléger la trésorerie. Et ici, le client pourra tout commander", explique Grégoire Orsingher.

Littératures graphiques

"La BD est un secteur dynamique. Ces dernières années, on a pu observer des convergences de disciplines, où la littérature rejoint la BD, qui rejoint les livres pour la Jeunesse, tout ça traversé par les arts graphiques. Ca a donné naissance à de nouvelles niches que l'on peine encore à nommer". Et c'est cet univers-là que Grégoire Orsingher et Laurent Bailly ont choisi de faire vivre dans leur librairie. "On appelle ça un peu pompeusement 'Littératures graphiques', mais c'est ça en fait". Dans les bacs et rayons du Tome 47, on trouve donc de la BD, de Tintin à Bilal, en passant par les Mangas, mais aussi des ouvrages plus confidentiels, édités par des petites maisons d'édition indépendantes. On y trouve aussi de la littérature jeunesse et des Beaux Livres. "On a surtout travaillé autour du Street art et l'art contemporain, parce qu'on pense qu'à Vitry, il y a un intérêt pour ça." C'est à Vitry sur Seine qu'est installé le Mac Val, musée d'art contemporain).

"La librairie est un  poumon"

Ce matin, des têtes se glissent timidement dans la porte entrebâillée. "On a un super accueil dans le quartier", explique Grégoire Orsingher. Il y a une vraie demande de culture et on sent aussi que pour la population ici, c'est valorisant, une librairie qui s'installe. D'autres nous traitent de fous, disent que ça ne marchera pas." Mais Grégoire et Laurent sont optimistes. Ils ont des projets plein les poches pour leur librairie. "Dès la rentrée prochaine, Le Tome 47 organisera des animations thématiques. "Pas des opérations dédicaces, ça ne nous intéresse pas, mais plutôt travailler sur un thème, et faire venir des auteurs et des éditeurs autour de ça. On a déjà pensé à une animation sur la géographie, le territoire."
Au Tome 47, on veut une librairie intégrée au quartier

Au Tome 47, on veut une librairie intégrée au quartier

Ils ont aussi des projets d'édition. "On voudrait aussi se lancer dans la micro édition, travailler avec les illustrateurs et auteurs vitriots, lancer un fanzine, faire des tirages limités d'illustrations, les exposer ici ou dans d'autres lieux de la ville", explique Laurent Bailly. D'autres projets sont à l'étude avec les institutions de la ville, et notamment les bibliothèques. La librairie côté cour comprend aussi un espace où vont s'installer des artistes. "Une librairie, c'est un poumon dans une ville ou dans un quartier. On voudrait que ce lieu soit aussi un lieu de création", conclut Grégoire Orsingher, tandis que les premiers clients poussent enfin la porte. C'est parti !