BD : le petit Titeuf illustré

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 25/09/2012 à 17H33
Extrait de la couverture du dernier album de Titeuf

Extrait de la couverture du dernier album de Titeuf

© DR

20 millions d'albums vendus. Traduit dans 25 langues. Un film. Une série animée. Dans l'univers de la BD, Titeuf s'est fait une belle place au soleil. A l'occasion de la sortie du 13e tome « A la folie », revoyons un peu nos classiques et quelques clés de la personnalité décomplexée de Titeuf. Décomplexée ? Enfin presque.

Titeuf et le sexe
Personnage utilisé dans l'expo le Zizi sexuel à la Cité des sciences et de l’industrie entre octobre 2007 et janvier 2009. Pourtant, Titeuf fuit tout ce qui, de près ou de loin, ressemble à un acte d'amour. Même un « bisou d’amoureux » lui procure des boutons. Le deuxième tome s’appelait d’ailleurs : « L’amour, c’est pô propre »… « Titeuf n’est pas du tout un obsédé sexuel, assure Zep. La seule pensée de mélanger sa salive à celle d’une fille le révulse ! Mais le sexe le préoccupe car tout le monde en parle autour de lui. Je me souviens des cours d’éducation sexuelle à l’école. Je devais avoir huit ans, on nous racontait des trucs qui nous terrifiaient... avec mes copains, on aurait mille fois préféré un cours de maths! Titeuf trouve la sexualité un peu crade, il aime mieux rester avec des garçons plutôt qu’avec des filles – à l’exception de Nadia, bien sûr. »

Titeuf et les copains
Lire Titeuf, c’est effectuer un bond de quelques années en arrière (pour les adultes). Un retour à l’enfance et ses années d’insouciance entre copains. Langage universel, Titeuf et sa bande ont un humour très pipi-caca qui parle à tout le monde. Ses potes (Manu, Hugo, François, Vomito ou encore Morvax) n’ont pas beaucoup varié et ils sont un élément rassurant de son univers. Pour eux, il ferait presque n’importe quoi. Par amitié ou par fierté… Pas question de se défiler. C’est en tout cas un ami fidèle et bienveillant. « titeuf n’accepte pas ce qui est inacceptable. Quand l’un de ses copains a perdu une jambe après avoir marché sur une mine anti-personnel, il a organisé une collecte pour lui en racheter une nouvelle, se souvient Zep qui, grâce à son héros, « garde une part de cette volonté de justice propre à l’enfance ».

Titeuf et sa famille
A la maison, on y a souvent droit. « C’est pô juste ! » est l’un des dialogues cultes de Titeuf et il s’applique régulièrement à son univers familial. Il faut dire que ce petit « ange » y met du sien pour mettre la maison sans dessus dessous. Après une période de chômage, le papa de Titeuf a retrouvé une activité dans l’informatique. La maman est elle au foyer pour mieux s’occuper de ses deux enfants. Car depuis le Tome 7 « Le miracle de la vie », Titeuf a une petite sœur. C’est peu dire que la bien nommée Zizie a changé la vie de son grand frère. Parfois baby-sitter, Titeuf veille autant sur ses affaires que sur l’ouragan Zizie.

Titeuf et le monde
Si Titeuf partage essentiellement sa vie entre sa famille, ses copains et l’école, il n’en reste pas moins sensible au monde qui l’entoure. Une occasion pour Zep de faire passer des messages sur la tolérance, l’écologie et bien d’autres sujets qui nous préoccupent tous. « Dans les albums de titeuf, j’aime mêler des sujets importants à des petites choses du quotidien, explique Zep. Quand on est enfant, il n’y a pas de hiérarchie, on mélange tout. titeuf va s’intéresser à la mort de la même manière qu’il va s’intéresser à sa morve... il cherche à faire une aventure de sa vie car elle n’est pas très passionnante : tous les jours il est obligé d’aller à l’école où il ne s’éclate pas beaucoup. il s’en évade grâce à sa curiosité et à son imaginaire. » Mais Titeuf n’est pas « militant » pour autant souligne Zep. « De temps en temps il met le doigt sur des problèmes dont les enfants discutent ensuite avec leurs parents, raconte-t-il. J’aime bien me dire que mes gags continuent à vivre au-delà des albums. »