BD : Alix prend un coup de vieux

Par Culturebox @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 05/09/2012 à 10H27
Le nouvel Alix va surprendre les lecteurs à partir du 12 septembre

Le nouvel Alix va surprendre les lecteurs à partir du 12 septembre

© Casterman

Pour son retour, le célèbre héros de bande dessinée est devenu quinqua, papa et sénateur à Rome ! Le premier tome de la nouvelle saga d'"Alix Senator", intitulé "Les aigles de sang", sort le 12 septembre chez Casterman.

https://videos.francetv.fr/video/NI_132661@Culture

Le fameux éditeur ne cache pas ses ambitions. L'album bénéficie d'un premier tirage, important, de 60.000 exemplaires et d'une vaste campagne de promotion. Or, le pari n'a pas de précédent : c'est la première fois qu'un héros de la BD franco-belge est volontairement vieilli. Jusque-là, la tendance était plutôt à les rajeunir, à l'image de Spirou ("Petit Spirou"), de Blueberry ("La jeunesse de Blueberry") ou de Lucky Luke ("Kid Lucky"), avec des fortunes inégales auprès du public.

"Nous nous sommes inspirés des comics américains, passés maîtres dans l'art de renouveler leurs héros et de les remettre au goût du jour. Ainsi, Batman a déjà été vieilli plusieurs fois", explique à l'AFP Valérie Mongin, la scénariste de l'album.

Début 2011, la décision a donc été prise de propulser Alix en l'an 12 avant  Jésus-Christ. Il a 54 ans, les cheveux gris, et est devenu très respectable : il siège au Sénat et fréquente le premier cercle de l'empereur Auguste, devenu tout puissant. De plus, devenu père, Alix veille sur son fils Titus, et sur celui d'Enak, son inséparable ami qui a disparu. Enfants gâtés, ces deux adolescents pensent surtout à courir les orgies de Rome... Ils seront vite rattrapés par les nouvelles aventures de leur père, confronté à un complot mettant en scène de redoutables aigles tueurs.


Un album de "nouvelle génération", mais "fidèle à l'esprit" du créateur, Jacques Martin
"Nous avons voulu faire un véritable album actuel, de nouvelle génération, en se démarquant du style formel de Jacques Martin", le créateur d'Alix en 1948, souligne Valérie Mongin. "Mais tout en restant fidèle à l'esprit qu'il avait donné à la série, c'est-à-dire un péplum épique et romanesque ayant une forte crédibilité historique". Une ambition servie par la finesse du dessin de Thierry Démarez, un ancien décorateur de la Comédie française et auteur de plusieurs BD historiques comme "Le dernier Troyen".

"'Alix Senator' est avant tout un projet d'auteurs, qui ont eu carte blanche", affirme Simon Casterman, directeur commercial de la maison d'édition. D'après lui, l'idée a suscité "l'enthousiame" des deux enfants de Jacques Martin, mort en 2010 à 88 ans après avoir publié plus de 100 albums qui se sont vendus à des millions d'exemplaires.

Contrairement à Hergé avec Tintin, Jacques Martin avait accepté que ses héros lui survivent. A la fin de sa vie, devenu presque aveugle, il avait même formé des dessinateurs et scénaristes pour assurer la continuité de ses deux séries les plus populaires, Alix et Lefranc. C'est ainsi que le tome 31 des aventures classiques d'Alix, "L'Ombre de Sarapis", sortira en novembre chez Casterman, quelques semaines avant Noël, avec un tirage d'environ 50.000 exemplaires.

Entre l'Alix de 20 ans et celui de 50 ans, lequel sortira gagnant ? Les deux, espère Simon Casterman, qui parie sur "un effet d'entraînement" et une saine émulation entre les deux séries. D'ores et déjà, la sortie d'un deuxième album d'"Alix Senator" est prévue pour septembre 2013.